Robert Malm (beIN Sports) : « L’Amiens SC doit d’abord penser à se sauver »

Robert Malm beIN Sports
Panoramic / beIN Sports

Chaque mois, un journaliste ou consultant de beIN Sports balayera l’actualité de l’Amiens SC pour le 11 Amiénois. Aujourd’hui, c’est Robert Malm, consultant de la chaîne pour la Ligue 2, qui fait part de son inquiétude à propos de la situation du club picard, quinzième à l’issue du premier quart de la saison. Entretien.

La suite après cette publicité

Que pensez-vous du premier quart de la saison de l’Amiens SC ?

C’est compliqué que ce soit sportivement ou extra-sportivement, même si Amiens s’est remis dans la course grâce aux deux succès consécutifs et aux faux-pas de certaines équipes. Avec onze points, Amiens est quinzième mais n’est qu’à cinq points du top 5, ce qui est plutôt un moindre mal au vu du début de saison réalisé. On se rend compte que tout va assez vite dans ce championnat. Tu gagnes deux matches, tu te replaces vite, tu en perds, tu retournes dans le ventre mou. C’est assez serré mais pour une équipe du niveau d’Amiens, avec les ambitions affichées et en venant de Ligue 1, c’est sincèrement très moyen parce qu’il y a eu quelques journées avec Luka Elsner qui n’a pas eu le temps nécessaire pour avoir un groupe défini pour travailler correctement. Quand tu es coach et que toutes les semaines, ton groupe change ou que certains n’ont pas la tête à jouer, ça devient compliqué. Les dés étaient un peu pipés pour Luka Elsner, j’ai envie de dire. Quand tu entres dans ce genre de situation, il n’y a rien de plus difficile pour un coach que d’avoir l’adhésion de tout un groupe. Le président Joannin a tout fait pour sauver le club administrativement, c’est tout à son honneur et je pense que n’importe quel président aurait fait la même chose, mais je crois que ça a déteint sur le sportif et il y a un retard à l’allumage qui n’est pas conséquent aujourd’hui. L’extrasportif a déteint sur le sportif.

La suite après cette publicité

Avec du recul, pensez-vous toujours que licencier Luka Elsner est un mauvais choix ?

Je le pense toujours. Je reste persuadé qu’il aurait pu faire du bon boulot en compagnie d’Oswald Tanchot. Maintenant, personne n’est devin et peut-être que ça n’aurait pas marché. Cette situation fait penser à celle de Guingamp l’année dernière. Patrice Lair avait un groupe exceptionnel, mais de journée en journée il perdait des joueurs, et pas n’importe quels joueurs, et, à la différence d’Amiens, ces gars-là jouaient le jeu quand ils étaient appelés. Le sentiment que j’ai avec un regard extérieur, c’est que tout le monde n’a pas joué le jeu à Amiens. Ils n’avaient peut-être pas envie de jouer en Ligue 2, mais il faut savoir se regarder dans la glace. Ils étaient là l’année dernière, et est-ce que tout le monde a fait ce qu’il fallait à Amiens la saison passée, même s’il restait dix journées à jouer ? Pour avoir été de l’autre côté de la barrière, on sait très bien que les joueurs, quand ça sent un peu le roussi, doivent avoir les couilles de se dire « on doit tout faire pour sauver le club ». Est-ce que les joueurs ont été bons, tous au même moment ? Je ne suis pas sûr. Peut-être que Luka Elsner n’a pas fait les bons choix n’ont plus à un moment donné mais il avait une certaine philosophie de jeu, qui était plutôt agréable à regarder. Il y a eu une relégation au bout même si le championnat n’est pas allé à son terme. Je suis peut-être sévère, mais je constate ce qui s’est passé l’année dernière, que l’Amiens SC a du mal à décoller cette saison. Ils sont bien revenus avec les deux victoires, mais il faut faire de grosses séries pour bien figurer en L2, ce que fait actuellement le Paris FC. Un club comme Amiens doit être capable de faire ce genre de série.

La suite après cette publicité

Mais Amiens ne parvient pas à enchaîner sur la durée, avec maintenant deux défaites au contenu assez pauvre…

J’ai un sentiment bizarre, en me disant qu’on attend tellement de cette équipe d’Amiens qu’on veut qu’elle montre un autre visage. Le début de saison peut éventuellement s’excuser avec l’extra-sportif qui déteint sur le sportif. Mais maintenant, le mercato est terminé, les joueurs qui sont là doivent s’estimer heureux d’avoir encore un contrat et ils ne doivent plus se poser de questions. Il faut jouer ! Oui, la préparation a été tronquée pour différentes raisons, mais il faut arrêter avec les états d’âme. Amiens doit faire en sorte de pouvoir batailler pour remonter en L1 mais il faut montrer autre chose. Si ça continue dans cette spirale, je me fais du souci pour Amiens parce que certains clubs en grande difficulté pour le maintien, comme Ajaccio ou Pau, peuvent passer devant l’Amiens SC. Si le club poursuit dans cette spirale, il peut se mettre en grand danger. Oui, il y a six points par rapport au top 5, mais il n’y en a que cinq par rapport au dernier.

La suite après cette publicité

Vous aviez ciblé John Williams au moment du limogeage de Luka Elsner. Qu’entendiez-vous par ça ?

Quand je demandais des explications de sa part, c’était sur le ciblage du recrutement. Aujourd’hui, c’est plus facile de faire sauter un coach ! Est-ce que Luka Elsner a eu toutes les cartes en main ? Est-ce qu’il a eu un groupe avec des joueurs ayant l’état d’esprit de faire remonter Amiens ? Est-ce qu’il a eu le temps avec un groupe défini de travailler sur la durée ? Pour moi, non. J’aimerais connaître les arguments me prouvant par A+B que les choix étaient les bons. Aujourd’hui, en tant que consultant se basant sur ce que je vois et ce que je sais, je pense que la meilleure façon de faire était de continuer avec Luka Elsner au moins jusqu’à la trêve.

Robert Malm : « J’aimerais bien des explications de John Williams »

Amiens est dans une position assez délicate et regarde plus derrière que devant…

Et c’est légitime parce qu’en voyant le niveau affiché par l’équipe… Oui, il y a eu deux victoires de suite, mais elles ne sont pas suffisantes pour une équipe du standing d’Amiens. Aujourd’hui, dans les deux relégués de Ligue 1, je me fais plus de soucis pour Amiens que pour Toulouse. Toulouse a montré des choses, a su se remobiliser, et on sent qu’il y a quelque chose dans cette équipe. J’ai du mal à ressentir quelque chose d’Amiens qui va me dire que la mauvaise période est derrière et qu’ils vont pouvoir se concentrer sur le championnat. Oswald Tanchot souhaite que tout le monde pense au projet club ! Il faut arrêter avec le passé récent en L1, cette injustice. De l’injustice, il y en a partout, mais si on se lamente tout le temps, ça devient compliqué. Il y a des garçons qui sont venus renforcer l’effectif comme Mickaël Alphonse, et il faut avoir le même état d’esprit que lui. Il faut suivre et être derrière des garçons comme Mickaël Alphonse ou Régis Gurtner qui ne lâchent rien et ont ce truc pour pouvoir emmener tout le monde. Maintenant, pour emmener tout le monde, il faut que tout le monde adhère et de ce que je vois, il faut faire attention. Le championnat de Ligue 2 est très dur, très serré, et tu peux vite te retrouver dans une mauvaise spirale.

Robert Malm beIN Sports
Panoramic / beIN Sports

Je suis peut-être dur, mais je pense qu’au sein du club, certains n’ont pas envie de jouer en Ligue 2.

On a le sentiment que l’intersaison de Toulouse est plus cohérente que celle d’Amiens…

Parce que Toulouse a fait son deuil de la Ligue 1, tout simplement. Quand la saison a repris, ils ont accepté de redémarrer en Ligue 2. Du côté d’Amiens, on a attendu trop longtemps en se disant « on va rester en L1 en utilisant tous les recours possibles », et ils ne se sont pas mis dans la peau d’une équipe qui va jouer en L2. Certains joueurs se disent qu’ils ne veulent pas jouer, d’autres qui étaient contactés et souhaitaient partir… Je pense que le président aurait dû taper du poing sur la table en disant à tout le monde qu’il fallait se préparer à jouer en Ligue 2. Il faut que tout le monde adhère à jouer en L2. Si dans un effectif de vingt-cinq ou trente joueurs, il y en a une dizaine qui a la tête ailleurs, ça devient compliqué pour les autres et le coach.

Robert Malm (beIN Sports) : « Toulouse est un peu plus candidat à la remontée qu’Amiens »

Concrètement, vous ne semblez pas comprendre le projet mené par John Williams et Bernard Joannin…

C’est ça. Est-ce qu’ils veulent remonter ou non ? Il y avait une prolongation de contrat proposée à Luka Elsner également ! Tout va de contradiction en contradiction et aujourd’hui, je dis naturellement qu’au début de saison Amiens doit jouer les cinq premières places, même s’il peut y avoir une saison de transition. Une saison de transition n’empêche pas d’avoir des ambitions de pouvoir mieux figurer que ce qui est fait actuellement. Pour bien figurer, il faut un groupe présent avec toi à 200%. Il faudrait avoir un calendrier européen faisant que tout le monde reprend en même temps pour que le mercato s’arrête avant le début de saison. On va connaître un nouvel épisode mercato en décembre qui n’a pas lieu d’être parce que le précédent s’est arrêté en octobre ! Ceux qui n’ont pas pu partir cet été vont tout faire pour partir cet hiver.

Oswald Tanchot disait qu’on ne peut pas construire une équipe en recrutant aussi tardivement, mais c’est pourtant ce que l’Amiens SC a fait…

Oswald et Luka ont cent fois raison ! Beaucoup de joueurs sont arrivés au dernier moment et découvrent la Ligue 2, vont être surpris de l’intensité présente, des impacts physiques qu’ils peuvent y avoir. Il y a le contexte du huis clos également. Amiens aurait dû se préparer bien en amont. Même s’ils avaient pris des joueurs pour aller en L2 et qu’ils avaient été repêchés par bonheur, la transition aurait été bien plus facile. C’est compliqué de prendre des joueurs en disant que ça va se faire en claquant des doigts. Ça ne se passe pas comme ça, surtout pas en Ligue 2. Il faut être très fort à ce niveau de la compétition. Aujourd’hui, il faut qu’Amiens se maintienne ! En étant honnête et franc, l’Amiens SC doit d’abord penser à se sauver.

Mickaël Alphonse a évoqué une équipe de « petits garçons » samedi soir, est-ce inquiétant ?

Ça m’inquiète et en même temps, ça me rassure. Il y a des garçons qui sont lucides et qui savent ce qu’il faut faire. Maintenant, il faut suivre ces Mickaël Alphonse, Régis Gurtner ou Alexis Blin qui peuvent emmener les autres à se bouger. Bien sûr qu’il y a des supers joueurs et un bel effectif, mais ça ne fait pas tout. Il y a quelques années, les Galactiques du Réal ont montré que tu as beau avoir beaucoup de talent dans l’équipe, ce n’est pas pour ça que tout va se faire du jour au lendemain. Il faut mettre le talent au service du collectif. Je rejoins totalement ce que disent Oswald Tanchot et Mickaël Alphonse. Il faut constater qu’il y a un problème. Est-ce qu’il est dans les têtes ? Je pense que oui. Dans les jambes ? Peut-être un peu aussi. Si les joueurs n’ont pas envie de jouer en L2, qu’ils le disent au club !

Mickaël Alphonse (Amiens SC) : « On a vraiment une approche de petits garçons »

Avez-vous le sentiment que certains n’ont pas envie d’être là ?

Ça me donne un peu cette impression. Je suis peut-être dur, mais je pense qu’au sein du club, certains n’ont pas envie de jouer en Ligue 2, ce que je peux comprendre. Mais ils prennent la place d’autres qui auraient voulu être à leur place. J’aimerais savoir quel est le fonctionnement d’Amiens aujourd’hui et comprendre pourquoi le club n’est pas mieux classé. Si tout le monde tire dans le même sens et que ce soit un problème de qualité, c’est autre chose, mais je ne sais pas trop où situer Amiens. Et, dans un premier temps, il faut vraiment que l’équipe pense à se sauver très rapidement. Il y a des clubs derrière qui vont revenir ! Si Amiens ne bat pas Clermont, ça peut vite basculer.

D’autant qu’en décembre, Amiens va jouer des concurrents directs…

Et il ne faudra surtout pas se louper. Oswald Tanchot sait mieux que quiconque que c’est certainement le calendrier le plus compliqué. Il faudra faire une grosse série pour s’en sortir, il n’y a pas d’autre choix.

Tous propos recueillis par Romain PECHON et Adrien ROCHER

La Ligue 2 sur beIN Sports, une offre qualitative

Diffuseur du championnat français de deuxième division depuis la saison 2012/2013, la Ligue 2 BKT fait son retour sur les antennes de beIN SPORTS à partir du samedi 22 août avec une couverture premium tout au long de la saison 2020/2021 grâce à la diffusion des 2 plus belles affiches lors de chaque journée de championnat.

Deux affiches premium à suivre lors de chaque journée sur beIN Sports.

Lors du cycle 2020/2024, beIN SPORTS propose à ses abonnés la diffusion des 2 plus belles affiches lors de chaque journée de Ligue 2 BKT avec un dispositif premium :

  • L’AFFICHE DU SAMEDI 15 HEURES : Tous les samedis dès 14h30 sur beIN SPORTS 1, Samuel OLLIVIER et Robert MALM présentent le match phare de chaque journée de Ligue 2 BKT en bord de terrain en présence des 2 coachs pour une interview d’avant-match. Comme à son habitude, beIN SPORTS met en place des caméras dans les vestaires afin que les abonnés puissent se plonger dans les coulisses du match.
  • L’AFFICHE DU LUNDI 20H45 : Tous les lundis à 20h45 sur beIN SPORTS 1, un duo de journaliste/consultant est présent sur place pour commenter la deuxième affiche premium lors de chaque journée de Ligue 2 BKT.

L’ÉMISSION MAXI LIGUE 2, CHAQUE LUNDI À 20H SUR beIN SPORTS 1

Chaque lundi de 20h à 20h45 sur beIN SPORTS 1, Samuel OLLIVIER, Robert MALM et François RABILLER animent l’émission MAXI LIGUE 2 en présence d’un invité, acteur majeur du championnat. Au programme : le décorticage par Robert MALM de tous les buts inscrits lors de chaque journée de Ligue 2 BKT et de nombreuses nouveautés parmi lesquelles un reportage en immersion totale avec les clubs qui joueront le samedi. La présentation de l’affiche du lundi 20h45 ne sera pas oubliée avec les dernières informations, les compositions d’équipes et de nombreux invités.

Laisser un commentaire