Romain Kwinta (AC Amiens) : « Renouer avec ce niveau pour me relancer »


Après une année à Longueau, Romain Kwinta a décidé de répondre favorablement aux sollicitations de l’AC Amiens, pensionnaire de National 3 et déjà désireux de s’offrir ses services la saison dernière. Ambitieux et déterminé, le cadet des frères Kwinta espère se relancer avec le club entraîné par Azouz Hamdane. Entretien.

La suite après cette publicité

Romain Kwinta, pourquoi rejoindre l’AC Amiens en provenance de Longueau ?

Tout d’abord, parce que j’avais envie de retrouver un projet supérieur à celui dans lequel j’évoluais cette année. Je n’étais pas restreint pour des déplacements et si j’étais amené à trouver un projet hors du département ou de la région qui me convenait, ça pouvait se faire sans soucis. L’année dernière, on avait déjà noué un contact avec le coach (ndlr : Azouz Hamdane) et le président (ndlr : Rachid Hamdane), ce qui a facilité les choses pour cette année. L’AC Amiens était toujours dans un coin de ma tête, on en a pas mal parlé avec les anciens de l’Amiens SC qui sont là-bas (ndlr : Arnaud Binet, Charly Rosso, Miri Siradjidini). Ils vont évoluer dans un groupe de National 3 très compétitif, ça a joué dans mon choix aussi. C’était un choix purement sportif et une volonté de renouer avec ce niveau pour me relancer. C’est motivant, j’espère rebondir et faire une grosse saison. L’AC Amiens est un club qui se développe de plus en plus, c’est très structuré et c’est un challenge de pouvoir y aller.

La suite après cette publicité

Pourquoi aviez-vous privilégié Longueau l’an dernier ?

En sortant du centre de formation de l’Amiens SC, cela a été long. On a été libérés fin mai et après trois ans à ne vivre que du foot, dans une routine où seul le foot compte au quotidien, etc. Passer de ça à trouver un autre projet en se débrouillant tout seul avec des démarches que je n’avais jamais entreprises, ça a été compliqué. Mentalement, j’étais déboussolé parce que c’est une décision que j’ai eu du mal à digérer au début. On avait discuté avec l’AC Amiens et ça ne s’était pas fait pour des raisons personnelles. Ensuite, Longueau j’y suis allé parce que Sébastien Léraillé m’avait contacté avant même la décision du centre de formation et m’avait dit que si jamais je n’étais pas conservé, il était très intéressé pour que je vienne. Il m’a fait confiance tout de suite avec un bon projet. Le fait qu’il y ait mes frères a joué aussi. En sortant d’un univers professionnel, j’avais envie de prendre du plaisir et je l’ai bien senti par l’environnement familial présent. Peut-être que je me suis dit que l’AC Amiens avait un projet équivalent à ce que je faisais à l’ASC et je me suis posé la question de si j’allais jouer tout de suite ou pas. Il y a eu plein de questions et ma priorité était de retrouver du temps de jeu en prenant du plaisir. Le projet proposé à Longueau était en accord avec ce que je recherchais donc ça s’est fait. J’avais envie de me projeter dans un club et démarrer la saison immédiatement. Ça s’est fait naturellement aussi.

La suite après cette publicité

Après coup, vous ne regrettez donc pas votre choix ?

Ce ne sont pas des regrets. C’est une très bonne expérience même si la saison est spéciale pour les raisons que l’on connaît tous. Ça a été compliqué, parce que je n’ai pas su aider l’équipe comme j’aurais pu le faire. J’ai peut-être mis du temps à digérer la décision du centre de formation. On a beaucoup parlé avec le coach mais aussi Romuald Lemaire, Nicolas Leullier et Gauthier Finaz pour m’aider. J’ai été très bien entouré par des gens qui ont connu un peu ce que j’ai vécu. Et au moment où je sortais la tête de l’eau, où je retrouvais un peu mon niveau, cette épidémie m’a freiné et le club avec. Au niveau de ma décision, on s’était toujours mis d’accord avec le coach et le président que si je trouvais un projet supérieur à la R1 je pouvais y aller, il n’y aurait aucun souci. Ils m’ont dit qu’ils ne pouvaient pas retenir un joueur qui a la possibilité de progresser dans son projet personnel. Tout le monde a été clair là-dessus. J’ai appelé le coach et le président avant même que ce soit signé avec l’AC Amiens. On se quitte en très bons termes.

La suite après cette publicité

Vous avez eu des blessures, un manque de temps de jeu, puis des présences en réserve. Comment avez-vous vécu tout ça ?

J’ai eu des blessures, oui, mais je n’étais pas le meilleur non plus. Les décisions du coach concernant mon temps de jeu, je n’avais pas de légitimité pour demander une place de titulaire au regard de mes premiers matches. Tout ça est dû à mon état psychologique à moment-là. Parce que j’étais dans une spirale négative où j’étais très frustré, j’avais beaucoup de pensées négatives. C’était très compliqué. Je suis content d’en être sorti parce que je suis très bien entouré. J’ai pris ce que j’avais à prendre à Longueau. C’était une bonne expérience parce que le Régional 1 est un championnat plus rugueux, plus physique, ça va me servir pour la suite. Tout n’est pas à jeter et je me dis que si j’avais signé à l’AC Amiens ou dans un autre club de National 3, j’aurais eu les mêmes circonstances psychologiques. Est-ce que j’aurais été performant dans un autre club ? Je ne peux pas l’affirmer à 100%. Je n’avais pas ces idées en tête. Mes ambitions étaient vraiment de toucher le ballon, reprendre du temps de jeu et du plaisir pour me relancer.

Vous aviez besoin d’une saison de transition avec un contexte positif…

C’est ça. C’était familial avec mes frères mais aussi d’autres anciens de l’Amiens SC et des gens qui me connaissaient moi et mon parcours. J’arrivais dans un contexte familier et c’est toujours plus facile. Je me suis dit que ça allait faciliter la transition. Ça reste des bons souvenirs et une bonne saison. J’aurais aimé qu’elle se termine mais l’épidémie en a décidé autrement. Je me sens beaucoup mieux parce que j’ai beaucoup travaillé de mon côté sur le plan psychologique. Il fallait que je me reconcentre sur moi en retrouvant un bon projet en N3 et celui de l’AC Amiens est très intéressant parce que le club veut retrouver le National 2. C’est un club très ambitieux et je suis très content de les rejoindre. Je suis content que ça ait abouti à ce résultat.

Qu’est-ce qui vous a convaincu de rejoindre l’AC Amiens ?

Je les ai joué avec l’Amiens SC et Longueau, je suis allé les voir parce que j’ai des amis là-bas et je sais comment le club fonctionne et comment Azouz Hamdane joue. C’est très plaisant parce que ça repart court, ça joue au ballon, ça ne balance pas. Pour y avoir joué (ndlr : en National 3), il n’y a que quatre ou cinq équipes qui jouent et le reste est semblable à ce que l’on trouve en Régional 1 en étant costaud derrière et en balançant le ballon devant. L’AC Amiens essaye de faire des combinaisons et c’est tactiquement intéressant. J’aime bien toucher le ballon et c’est un plus de jouer comme ça. Le coach m’a aussi fait comprendre que ce serait compliqué parce qu’il va y avoir de la concurrence et c’est le meilleur qui jouera. Je ne connais pas de coach qui se privera de ses meilleurs joueurs. C’est à moi de faire le boulot et j’aurai ce que je mériterai.

Avec Mickaël Despois, Pierre Slidja et Adil Lebrun, la concurrence sera effectivement rude !

C’est plus intéressant d’avoir de la concurrence comme celle-là ! Ce sera à moi de hausser mon niveau de jeu et de prouver que je peux exister au milieu de ces joueurs-là. Je démarre en étant mieux psychologiquement, j’ai plus confiance en moi et c’est à moi de prouver que je vais y arriver et que je peux m’imposer dans cette équipe. Je connais quelques joueurs dans cette équipe, ça a joué et ça s’est fait. Je suis satisfait et content de les rejoindre parce que je ne vais pas dans l’inconnu. Au niveau de l’intégration je vais prendre moins de temps. En ayant changé de club l’an dernier, je vais gagner du temps et avoir une approche différente. Il faudra gratter du temps sur la préparation et sur les relations entre joueurs pour être prêts dès le début du championnat. Ce sera très compétitif et il ne faudra pas se laisser distancer en lâchant des points sur les premiers matches. J’espère réussir et m’imposer dans cette équipe.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

Azouz Hamdane : « Romain va nous apporter autre chose »

S’il reconnaît que « quand Pierre Slidja et Mickaël Despois sont en forme, ils sont difficiles à détrôner« , Azouz Hamdane attend beaucoup de Romain Kwinta, sa recrue offensive pour la prochaine saison. « Il peut être une option de jeu dans les choses à travailler pour pouvoir surprendre un peu nos adversaires, détaille l’entraîneur de l’ACA. Je lui en ai parlé, il est complètement investi là-dedans et il sait qu’il pourra jouer dans l’axe comme sur un côté. L’avoir à droite ça me permet d’avoir un joueur intelligent et capable d’appliquer le rééquilibre à la perte du ballon. Dans l’utilisation, il est capable de dézoner et d’apporter autre chose que le profil d’un excentré droit. » L’ancien pensionnaire du centre de formation de l’Amiens SC permettra aussi « de faire souffler » le duo Despois-Slidja, sans réelle alternative la saison passée.

R.P.

A lire aussi :

AC Amiens : Découvrez le programme de reprise

Pierre Bourdet (ESC Longueau) : « Ça va forcément me manquer ! »

Laisser un commentaire