Suspendu durant la quasi-intégralité de la phase aller, Saman Ghoddos a également été freiné par une blessure à la hanche en ce début d’année civile. A nouveau apte, l’international iranien devrait débuter face à l’Olympique de Marseille, ce vendredi, avec le désir d’aider son équipe à se sortir de sa mauvaise passe. 

Un long chemin de croix

Si Prince Gouano reste en dehors du groupe, un retour à la compétition cette saison demeurant plus que jamais hypothétique, un autre absent de longue date voit enfin le bout du tunnel. Entré à la mi-temps contre Metz, le week-end dernier, Saman Ghoddos n’avait plus disputé le moindre match depuis le 11 janvier et une défaite contre Montpellier (1-2). « J’étais titulaire ce soir-là (ndlr : Montpellier) et sur le coup franc de l’ouverture du score, en frappant le ballon, je sens ma hanche faire « clac », raconte-t-il à nos confères de l’EquipeJ’ai continué à jouer sur le coup mais la galère a recommencé. » 

Touché à la hanche, Saman Ghoddos allait effectivement passer plus d’un mois en dehors des terrains. Une période d’indisponibilité faisant écho à sa longue absence en première partie de saison, suite à la sanction prise par la FIFA à propos de son transfert avorté à Huesca quelques semaines avant son arrivée en Picardie. « J’étais dévasté quand mon avocat m’a annoncé la nouvelle. Pas vraiment pour les 4 M€ d’amende mais l’idée de ne pas pouvoir jouer pendant aussi longtemps, ça m’a brisé le coeur, confie-t-il. La meilleur solution était de continuer à m’entraîner. »

Et c’est ce qu’il a fait pendant trois mois, participant même aux matches amicaux organisés pendant les trêves internationales. « Je m’entraînais vraiment bien. J’étais dans la meilleure forme de ma vie, se rappelle-t-il. Je remercie le coach (Luka Elsner) et le staff. Ils m’ont immédiatement remis dedans, avec un programme personnalisé pour me préparer à affronter ces quatre mois. » Le problème est que le train a de nouveau déraillé en marche à l’entame du quatrième mois passé loin des terrains. « Je me suis blessé à une cuisse, précise Ghoddos. Je ne pouvais pas jouer ni m’entraîner correctement, c’était vraiment la merde (sic). »

Après avoir mangé son pain noir, Saman Ghoddos, « croi[t] fermement au maintien » de l’Amiens SC. Il aspire désormais à jouer un rôle important dans le sprint final. Le tout après avoir été attendu durant de (trop) longs mois.

Source : L’Equipe

A lire aussi : 

Luka Elsner (Amiens SC) : « Il faut faire preuve d’initiative, de courage »

>

Laisser un commentaire