Sébastien Léraillé (ESC Longueau) : « Il n’y a pas d’âme dans cette équipe »

Largement battu en ouverture du championnat à Tourcoing (3-0) avant d’être laborieux dans le derby contre Camon la semaine passée (1-1), l’ESC Longueau connaît des débuts difficiles pour son retour en Régional 1. Une situation qui agace particulièrement son entraîneur, Sébastien Léraillé, en quête de solutions avant le déplacement à Béthune, ce dimanche. Entretien.

Peut-on dire que vous êtes ressortis frustrés de ces deux premiers matches ?

Frustré n’est pas le mot. Je suis dans l’interrogation, pas par rapport à la qualité de mon groupe mais sur notre capacité à être bon dans ce championnat. Je ne sais pas si on peut répondre favorablement à l’exigence de ce championnat. Je pense qu’aujourd’hui certains garçons ne se rendent pas compte que le R2 est terminé. On va vivre une saison différente et se dire qu’on a des garçons d’expérience, qui ont un certain niveau, ça ne suffit pas. Il faut mettre les bons ingrédients, avoir la bonne attitude, à commencer par nous, le staff, sur le banc de touche. Il faut qu’on aille tous dans le même sens car aujourd’hui je me pose sincèrement beaucoup de questions.

Certains joueurs n’ont pas encore pris conscience des efforts fournis pour exister dans ce championnat ? 

Je pense qu’ils le savent mais ils n’arrivent pas à le mettre en oeuvre le week-end. On a aussi fait des erreurs et je suis le premier responsable de cette situation. Si on n’a pas encore véritablement démarré le championnat, c’est avant tout de ma faute, en tant qu’entraîneur. Maintenant, je veux bien défendre mes joueurs à n’importe quel prix mais j’exige aussi d’autres attitudes. Contre Camon, je leur demande d’aller chercher Torvic et Loboto parce qu’ils alimentaient Isambart en ballons. On ne l’a pas fait et ça nous a clairement mis dedans sur la première période. Tactiquement, on n’est pas bon, on a travaillé cette semaine pour améliorer ça, même si la séance de mercredi me reste aussi en travers de la gorge. J’ai l’impression que certains joueurs ne comprennent pas là où je veux en venir. Il faut donc que je trouve aussi les bons leviers pour faire comprendre ce que j’attends.

Cette situation semble susciter beaucoup d’agacement aussi bien chez vous que chez les joueurs…

Tout à fait. Il n’y a pas d’âme dans cette équipe, il n’y a pas cet état d’esprit de la saison dernière. Chacun joue sa petite partition dans son coin, il faut qu’on retrouve notre collectif, il faut que mes leaders soient capables de faire le lien avec le reste du groupe. Les attitudes font clairement défaut. L’agacement est donc là parce qu’on se fait trimballer sur le terrain à cause de ça. Les joueurs ont eu des paroles dans le vestiaire, j’attends désormais des actes sur le terrain.

A nous d’être à la hauteur de l’événement, de se comporter en équipe de R1 et non en petite équipe de R2 ou de R3.

Cela passe sans doute par un match référence pour que ce groupe retrouve de la confiance…

Il faut déjà un match où on n’encaisse pas de but. Depuis le début de la préparation, on a toujours pris un but. Le pire, c’est que l’adversaire rentre rarement dans notre surface mais à chaque fois ça fait ficelle (sic.). Je suis à la fois énervé et agacé par nos attitudes et parce que je ne trouve pas les bonnes solutions. C’est un ensemble qui explique notre situation actuelle. Il faut que tout le monde se remette en question. Or, j’ai l’impression d’être le seul à le faire, avec mon staff. Pour eux, ce n’est pas alarmant mais un seul point après deux matches, ce n’est pas suffisant.

Car le retard pris ne se rattrape jamais…

Si on croit que ça va être facile, on se trompe totalement. Depuis le début, je répète qu’on va se battre pour se maintenir, il faut qu’on soit prêt à cela, qu’ils se mettent ça dans la tête. Il faut déjà qu’on ramène quelque chose de Béthune, on ne peut pas se contenter de ce début de saison. C’est un adversaire qui a une vraie identité de jeu, avec de vrais joueurs de football, le tout sur un bon terrain. Ils ont toujours évolué au plus haut niveau régional, voire même un peu plus haut. Ils ont énormément de qualités, notamment de la percussion et de vélocité. A nous d’être à la hauteur de l’événement, de se comporter en équipe de R1 et non en petite équipe de R2 ou de R3 si on veut revenir avec quelque chose de ce déplacement.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

BETHUNE – ESC LONGUEAU 

3ème journée de Régional 1

Dimanche 8 septembre, 15 heures

Stade Hermant Deprez, Béthune

Arbitre : M. Corroyer

A lire aussi : 

> Régional 1 : L’US Camon et l’ESC Longueau avancent doucement

Sébastien Léraillé : « Une première mi-temps calamiteuse »

Laisser un commentaire