Défait dans le derby (1-0) contre Camon, l’ESC Longueau a livré une très mauvaise partition qui a fortement déplu à Sébastien Léraillé, son entraîneur. Ce dernier passe un message fort quant à la situation de son équipe. Entretien.

Sébastien Léraillé, avez-vous le sentiment que votre équipe méritait mieux ?

Je n’ai pas vu une occasion de Longueau ! Je n’ai pas d’attaquants et ils jouent sur dix mètres carrés. Ils parlent, et ne font plus d’efforts derrière. Maintenant, il va falloir regarder derrière. Je pense que l’on est en danger. Je tire la sonnette d’alarme, on est en danger ! Il n’y a que des mauvaises attitudes et toujours quelque chose à dire. L’arbitrage, le terrain, le vent, le coach, il y a toujours quelque chose. A un moment, les joueurs doivent se regarder. En première mi-temps, on n’a pas vu le jour. C’était un peu mieux en deuxième mi-temps, mais quand tu es obligé de changer trois fois de système de jeu dans un match, c’est qu’il y a un soucis. Aujourd’hui, on est incapables de faire des différences en un contre un. Enfin sur le but que l’on prend, si on défend jusqu’à notre ligne de but, c’est regrettable.

Plus que le résultat, c’est la prestation d’ensemble qui vous agace ?

C’est tout, ça me gonfle. Les mecs croient que l’on est arrivés, mais dans deux journées on sera relégables et il faudra que les mecs se bougent pour avoir d’autres attitudes. Je suis à saturation de certaines choses. Les mecs devraient se regarder dans une glace parce que des courses à haute intensité, je n’en ai pas vu sur ce match. On n’a pas de jus, on n’a rien. Il faut qu’ils prennent leurs responsabilités.

Pourtant le contexte prêtait à une toute autre performance…

On s’est fait bouger dans les duels. A un moment, un match de foot se gagne aussi par les duels, les courses. On aurait pu jouer à dix attaquants sans marquer. On a toujours quelque chose qui ne va pas. Je ne peux pas remettre les crampons ! On n’a pas encore fini les matches « aller ». Imaginez ce qu’il reste derrière alors que le dixième n’est qu’à deux points. On n’a pas l’attitude d’une équipe qui veut se sauver.

Votre équipe a déjà montré mieux cette saison. Est-ce qu’il faut tirer une vérité générale de ce match ?

On ne met pas d’intensité et on est en train de retomber dans les travers du début de saison. Je ne vais pas toujours être derrière leur dos, l’intensité c’est à eux de la mettre, même aux entraînements. Je ne vais pas perdre mon temps, c’est clair et net. C’est à eux de réagir. S’ils ne sont pas capables de réagir, le président prendra sa décision.

Vous les mettez clairement devant leurs responsabilités…

Ils vont se débrouiller. A un moment donné, je n’accepte pas certains comportements. On ne sait plus trop quelles solutions apporter parce que je ne retrouve plus mon équipe. On est en R1 ! Si les mecs veulent retourner en R2 pour gagner tous les week-ends, ils y vont, mais ce sera sans moi, c’est clair et net.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

Régional 1 : L’US Camon au bout de l’ennui

Titi Buengo (US Camon) : « Ils ont su répondre présent »

Laisser un commentaire