Sébastien Léraillé : « Finir invaincu n’est pas un objectif »

Vainqueur du FC Soissons ce dimanche (2-1), l’ESC Longueau a montré sa force de caractère en revenant au score après avoir été mené. Alors que la fin de saison se profile pour Sébastien Léraillé et ses joueurs, l’entraîneur revient sur ce succès, détaille les maux actuels de l’Étoile Sportive et se projette sur les prochaines échéances.

Sébastien, vous vous êtes imposés pour la dix-neuvième fois de la saison en vingt matches de Régional 2. Que peut-on retenir de ce succès ?

Je retiens surtout le fait que l’on a encore joué avec un U18, qui s’affirme tout doucement. On va retenir aussi les trois points et que l’on est tombé sur une belle équipe de Soissons qui, comme toutes les équipes qui nous rencontrent, a mis beaucoup d’agressivité, d’impact. Donc il va vraiment falloir que l’on travaille là-dessus. À cause de notre inefficacité dans le premier quart d’heure, on laisse l’adversaire espérer et ensuite, on concède le penalty. Si on n’égalise pas tout de suite après, je pense qu’on perd le match. Aujourd’hui, on a la réussite du champion, comme à Senlis.

Le résumé de la rencontre

Vous vous présentiez avec seulement douze joueurs inscrits sur la feuille de match. À quoi cela est dû ?

On a beaucoup de fatigue et d’ailleurs je vais leur laisser une semaine de vacances à partir de mardi. On les retrouvera la semaine suivante, avec le week-end de Pâques. Il y a de la fatigue : c’est normal quand on s’entraîne trois fois par semaine, que l’on y ajoute le parcours en Coupe de France et le fait de vouloir être champion le plus rapidement possible. À un moment donné, tu piques dans les réserves. On va continuer et faire notre bonhomme de chemin, il reste six matches pour finir du mieux possible. Ce qui me dérange sur ce match-là, c’est qu’il y a eu huit cartons. Ce n’est pas un match violent. Je ne vais pas rentrer dans une polémique sur les arbitres car cela ne me regarde pas. Ça me dérange un petit peu parce que c’était un vrai match de Régional 2 avec une équipe qui sauve sa peau et une autre qui est presque championne.

En effet, on a vu ce dimanche sur le terrain une équipe de Soissons vaillante qui aurait pu mériter mieux que cette défaite avec ses attaquants virevoltants…

À l’aller, Soissons avait déjà montré un beau visage. On y était allé gagner 3-0 avec quatre U18. On marque à la 44ème sur un penalty et ils prennent un rouge. Cela tue le match et derrière ils sont désorganisés, nous efficaces. S’ils continuent comme ça, ils vont se sauver. Le numéro 9 est âgé de dix-huit ans. C’est le style d’attaquant qu’on va rencontrer l’année prochaine. Des garçons qui percutent, qui usent les défenses, qui font mal. Mais si aujourd’hui on a d’autres attitudes défensives, cela ne doit pas arriver. On a une telle marge qu’on peut se permettre de proposer autre chose en terme de jeu et prendre plus de risque dans l’animation.

Il ne reste plus que six matches à jouer cette saison, six matches pour terminer invaincu ?

Finir invaincu n’est pas l’objectif. J’ai autre chose à penser que d’être invaincu. Pour moi, c’est anecdotique. La Ligue ne va pas me donner un trophée si je suis invaincu. Le but est de produire de bons contenus et de montrer un beau visage.

Propos recueillis par Jean-Baptiste PLOYART

Laisser un commentaire