Préparateur physique de l’Amiens SC, Simon Lucq a détaillé la stratégie mise en place par le staff technique pour gérer cette semaine de compétition à trois matches qui se ponctuera par la réception de Brest, samedi. Entretien.

Publicité

Simon Lucq, la période actuelle est assez dense pour les joueurs. Comment gérez-vous cela en tant que préparateur physique ?

Il faut beaucoup individualiser, regarder les formes générales des garçons et leurs enchaînements des matches en mettant des piqûres de rappel pour ceux qui ont besoin de travailler. Au matin du match contre Angers, on s’est entraîné avec ceux qui n’étaient pas dans le groupe, après le match, on a compensé ceux qui ont moins ou pas joué  pour essayer de poser le plus de problèmes possibles au coach en amenant un maximum de joueurs à un pourcentage maximum de leur potentiel. Les joueurs sont prêts pour enchaîner, je n’ai aucun doute là-dessus et j’espère qu’on réalisera une nouvelle belle performance contre Brest.

Publicité

Pour ceux qui étaient au repos, c’était bénéfique ?

Ils ne se sont pas vraiment reposés parce qu’on a joué dimanche à Saint-Etienne, derrière on a eu deux jours où l’on n’a pas pu beaucoup travailler parce qu’on a des laps de temps de repos obligatoires. Ils ont fait une vraie séance de J-3 de la prochaine rencontre avec un gros travail athlétique. Ils se sont reposés jusqu’au matin du match contre Angers mais ensuite ils ont mis une grosse charge de travail pour être le plus prêt possible pour Brest, parce qu’il y a des choses à absolument travailler à trois jours du match. C’est une grosse charge d’entraînement.

Publicité

Ils seront donc frais contre Brest, samedi…

Il y aura de la fraîcheur. L’idée c’est d’être dans l’individualisation et on a tous les marqueurs nécessaires avec l’apport des GPS, les questionnaires de bien-être de nos joueurs. On a tout pour faire en sorte d’être le plus frais possible pour le match de Brest.

Les joueurs qui n’ont pas ou peu joué ont eu le droit à une séance après Saint-Etienne et Angers. Concrètement, que leur avez-vous fait faire ?

Ils ont eu une grosse compensation sur l’aérobic, à savoir l’endurance. On a fait un gros travail sur ça et sur la répétition de courses à haute intensité. Derrière, on essaye de compenser un maximum les sprints, accélérations et décélérations parce que ce sont des actions brèves et explosives dont on a besoin pour être efficace trois jours après. Surtout, ça protège un muscle qui a tendance à se blesser si on ne fait pas ce type d’actions régulièrement dans la semaine : les ischio-jambiers.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

Thomas Monconduit (Amiens SC) : « J’avais besoin de couper du foot et tout ce qui l’entoure »

[J12] Amiens SC – Brest : l’arbitre du match

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

Laisser un commentaire