Passée l’euphorie du match nul contre le Paris Saint-Germain (4-4) samedi dernier, l’Amiens SC a retrouvé le chemin de l’entraînement avec un problème à régler urgemment : la gestion des coups de pied arrêtés défensifs. Un mal récurrent qui pourrait bien plomber les Picards dans la course au maintien. 

Une zone qui pose question

Entre Monaco et Paris, l’Amiens SC a concédé quatre de ses cinq derniers buts encaissés sur coups de pied arrêtés, et plus précisément sur corners. Une situation inadmissible à ce niveau de la compétition qui a interpellé les polémistes de l’émission la Tribune des Sports, diffusée chaque lundi sur France Bleu Picardie. « On a l’impression que tout le monde est perdu aujourd’hui avec le système mis en place sur coup de pied arrêté, constate Romain Pechon, rédacteur en chef du 11 Amiénois. Pourtant, Amiens est souvent en supériorité numérique dans sa surface, ce qui ne l’empêche d’avoir plusieurs adversaires libres de leurs mouvements, en mesure de prendre de la vitesse. »

Et même s’il a essayé de relativiser à chaud, Luka Elsner reconnaît qu’il va falloir apporter des ajustements à la mise en place actuelle : « On va retravailler dessus, on a déjà changé une fois de système au cours de la saison. On va prendre le temps de bien réfléchir à ce qu’il faut faire mais cela ne doit diminuer en rien la prestation des garçons contre le Paris Saint-Germain. » Reste que cela a limité le nombre de points pris par l’Amiens SC sur ce match, alors qu’une victoire semblait possible sans cette fragilité sur les phases arrêtées. « Depuis le début de saison, cela nous a fait perdre de gros points« , pestait Fabien Reinert, supporter historique du club.

Une confiance en berne

Dès lors, Amiens ne devrait-il pas revenir aux fondamentaux en adoptant à nouveau un marquage individuel sur les coups de pied arrêtés ? « En ce moment, il y a un problème qu’on arrive pas à résoudre. Il faut peut-être changer de méthode, s’interroge Serhou Guirassy. C’est surtout une question de concentration, il faut mieux défendre et aussi éviter de concéder des corners bêtes. » En attendant de trouver la bonne solution, les Amiénois ne risquent-ils pas de gamberger à chaque corner adverse ? « Non, assène Franck Blondeau, préparateur mental. Il faut être pro-actif, mettre en place des choses, aussi bien sur le plan tactique que sur le plan mental. »

Quoi qu’il en soit, Alexis Blin reconnaît que la confiance est aujourd’hui sérieusement effritée dans les rangs amiénois : « Mine de rien, quand on prend le dernier but contre Monaco sur coup de pied arrêté et qu’on prend un autre but contre le PSG sur corner, un minimum de doute s’installe dans nos têtes. C’est humain ! Je suis sûr que même vous (ndlr : les journalistes) en tribune, vous vous dites : « j’espère que l’histoire ne pas va se répéter sur le prochain coup de pied arrêté ! » Si vous vous le dites, permettez-moi de vous le dire qu’on se le dit aussi sur le terrain ! En tout cas, c’est impossible de prendre des buts comme ça à notre niveau ! »

Romain PECHON

A lire aussi : 

Jonatan MacHardy : « Pas du tout confiant pour le maintien d’Amiens ! »

Amiens SC : Mendoza poussé vers la sortie

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire