Ce samedi, retrouvailles au Stade de La Meinau. Terre plutôt accueillante ces derniers temps, ce ne fut pas le cas cette fois-ci. Pour ce match, Christophe Pélissier devait toujours se passer de Bongani Zungu (Blessé). De plus, son remplaçant Alexis Blin était également sur le flanc, tout comme Juan Otero. Cependant, il pouvait compter sur le retour de Thomas Monconduit. Avec un schéma en 4-2-3-1 qui lui est cher , le coach avait décidé de presser très haut dès le début du match. Mais en deuxième mi-temps, les rôles se sont inversés. Voici les notes du match. 

Publicité


Notes du Match : 

Régis Gurtner (5)

Après un match lors duquel il a encaissé 3 buts (dont 2 penalties), le gardien retrouvait son ancien club. Auteur de plusieurs parades dans ce match, il va tout de même chercher le ballon au fond des filets à 3 reprises. Alors que l’an dernier, il était le sauveur lors des erreurs défensives, aujourd’hui, ces dernières se paient cash. Sur les buts, il ne peut pas faire grand chose.

Publicité


    L’Amiens SC sombre en Alsace

Emil Krafth (6)

Alors qu’il avait été le meilleur défenseur amiénois contre Lille, Emil se devait de confirmer ses très bonnes dispositions. Lors des 45 premières minutes, il était partout. Même s’il laissait parfois beaucoup d’espace dans son dos, il est à l’origine et à la finition de l’ouverture du score. Au fil des minutes, son impact a baissé et il est notamment totalement absent sur le but de Corgnet pour le 2-1.

Publicité


Prince Gouano (3,5) 

Après son match catastrophique la semaine dernière, Christophe Pélissier a décidé de lui maintenir sa confiance. Et comme toute l’équipe, il a bien débuté la rencontre. Mais au retour des vestiaires, il a perdu de plus en plus de duels. Sûrement le manque de rythme, mais celui-ci reviendra. Il est notamment légèrement fautif sur le but en fin de match.

Publicité


Khaled Adénon (3)

Le Béninois jouait ce soir son 6ème match en tant que titulaire. Malheureusement, ce fut probablement son moins bon. Il a eu énormément de mal avec Mothiba et Da Costa. Plutôt bon dans les duels aériens dans un premier temps, le différentiel de vitesse était trop important. De plus, il provoque le coup franc égalisateur et marque contre son camp. Un match à oublier.

Jordan Lefort (4)

Alors qu’il retrouvait son poste de latéral gauche, il a effectué une partie cohérente tout d’abord. Mais, comme toute l’équipe, il a subi la deuxième mi-temps et son apport défensif et offensif s’est réduit comme peau de chagrin. On le sent motivé, volontaire, mais il a laissé quelques espaces rédhibitoires. Cependant, dans son « duel » à distance avec Bakaye Dibassy, il apporte tout de même jusqu’à présent plus de garanties.

Eddy Gnahoré (5,5)

Alors que comme toute l’équipe il avait paru emprunté contre les Lillois, Eddy ne voulait pas réitérer la même performance. Pour ce match, il a montré de nouveau son aisance et son flegme. Mais il n’a pas apporté un surnombre offensif, et s’est contenté du minimum. Au regard de son potentiel, souhaitons qu’il se projette plus souvent. Ce type de projection est d’ailleurs essentiel sur le but amiénois. Il effectue pour le coup une passe décisive à Emil Krafth.

Thomas Monconduit (4,5)

De retour de suspension, Thomas était plein d’envie. Plutôt à l’aise dans son secteur de jeu, il a tenté au maximum d’orienter le jeu vers les ailes. Il a de plus combiné avec Ganso à plusieurs reprises. Mais comme tous les joueurs, sa deuxième période a été moins convaincante. Il a petit à petit disparu de la circulation.

     > Thomas Monconduit : « Une déroute collective »

Quentin Cornette (3,5)

Très peu servi, il a traversé ce match sans jamais sembler pouvoir y jouer un rôle important. Il a cependant bien défendu sur le côté pour bloquer les montées de Lala ou Carole. Malheureusement, on attend plus de ses jambes de feu. Remplacé par Timité, qui est resté très timide pour les quelques minutes qu’il a jouées.

Paulo Henrique Ganso (5)

C’était le grand baptême du feu pour le brésilien en tant que titulaire. Et comme les supporters l’attendaient, son aisance technique est tout bonnement impressionnante. Le jeu semble simple. Mais sa baisse de rythme coïncide avec la bonne période Strasbourgeoise. Il semblait exténué en laissant sa place à Moussa Konaté (67e minute). Ce dernier aurait pu égaliser en cadrant son tir, juste avant le 3ème but alsacien sonnant le glas des espoirs samariens.

Rafal Kurzawa (3,5)

Impressionnant lors de son entrée contre le LOSC, Rafal méritait cette place de titulaire. Mais il n’a pas pesé sur cette rencontre, que ce soit à gauche ou à droite. Il a cependant placé quelques accélérations, lui qui était réputé être un joueur lent. Remplacé par Bodmer en fin de match qui a, comme à son habitude, tenté de jouer en première intention.

     Strasbourg-Amiens SC : notez le match et désignez le MVP

Saman Ghoddos (4,5)

Auteur d’un coup franc stratosphérique en fin de match lors de la 5ème journée, il évoulait ce soir à une inhabituelle place d’avant-centre. Le gros problème est la différence de style avec le titulaire du poste. En effet, Konaté étant plutôt un point d’appui, le style de jeu de l’Amiens SC correspond à cette caractéristique. Or, Saman a surtout demandé le ballon dans les espaces. Très peu trouvé, il est tout de même bien lancé par Krafth sur le côté droit sur l’ouverture du score de ce dernier.

Christophe Pélissier (4) 

De nouveau obligé de composer avec les absences de joueurs au milieu, Christophe Pélissier avait fait le choix de jouer son schéma préférentiel à l’extérieur, alors qu’il avait opté pour l’instant pour un 4-3-3 en déplacement. Alors qu’à la mi-temps, le coup semblait parfait, il n’a pas trouvé les leviers à actionner lorsque l’adversaire a haussé son niveau de jeu.

Monsieur Stinat (Arbitre) (7)

Alors que l’on attendait un match tendu, comme souvent, entre les deux équipes, Monsieur Stinat a été fidèle à ce que nous annoncions. En effet, adepte d’un jeu ouvert, il aime laisser les acteurs assez libres sans hacher le jeu. Il ne commet d’ailleurs aucune erreur dans ce match.

Racing Club de Strasbourg  (6,5)

Dans une Meinau surchauffée comme à son habitude, les hommes de Thierry Laurey ont évolué dans un 3-5-2, schéma qui gêne souvent l’Amiens SC. Mais le manque d’impact physique en première mi-temps a permis aux amiénois d’ouvrir la marque sans être vraiment mis en danger. Son discours a cependant porté ses fruits à la pause, son équipe revenant avec des intentions différentes. Les joueurs ont alors produit une belle période, avec à la clé 3 buts.

Pas le temps de cogiter pour les amiénois qui retrouveront les terrains dès mercredi au Stade Crédit Agricole La Licorne, face au Stade Rennais. Un mal pour un bien pour ne pas trop ressasser les erreurs commises face aux alsaciens.

Kévin KONRAD (avec M.G., V.R., Q.P. et A.C.).

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments