Thomas Chatalen : « On n’a plus rien à perdre mais plutôt tout à gagner »

Thomas Chatalen

Capitaine de l’ESC Longueau, Thomas Chatalen est impatient de défier Vitré pour un 32e de finale de Coupe de France historique, ce dimanche. S’il faudra à nouveau réaliser un exploit pour enfin croiser la route d’un club professionnel, le gardien de but longacoissien croit plus que jamais aux chances de son équipe. Entretien. 

Après un mois d’attente depuis le tirage au sort, l’envie d’en découdre enfin doit être grande…

On n’a qu’une envie, c’est d’être sur le terrain et de jouer le match. La journée d’hier (ndlr : samedi) a été longue. Vivement qu’on joue ce match. Maintenant, on n’a pas eu le temps de s’ennuyer depuis le tirage au sort. Entre le travail et les entraînements, le calendrier était assez chargé.

Vous rendez-vous compte que vous allez disputer le match le plus important de l’histoire du club ?

On s’en rend compte, l’effervescence est vraiment importante sur les dernières semaines. Du président aux joueurs, en passant par le staff et les bénévoles, on ne pense qu’à ce 32e de Coupe de France. C’est exceptionnel d’en être arrivé là.

Ce parcours en coupe est la cerise sur un beau gâteau puisque vous avez signé dix victoires en autant de matches de championnat…

C’est complètement ça. La Coupe de France est un bonus pour l’ensemble du club, ça appartient aux joueurs. C’est la récompense de notre investissement quotidien pour le championnat, une cerise sur le gâteau, effectivement. On vit des émotions exceptionnelles depuis plusieurs semaines.

Quand un club de Régional 2 arrive en 32e de finale c’est toujours un aboutissement. Pourtant, on a le sentiment que la déception de ne pas jouer un gros est encore présente…

On peut voir le verre à moitié vide ou à moitié plein. On se dit qu’on a nos chances avec un tel tirage. Ce ne sera pas simple, il faudra réaliser un match parfait mais on l’a déjà fait contre Blois au 7e tour. Au début, on était déçu par le tirage mais très vite on s’est dit qu’on avait aussi la chance de passer encore un tour. Maintenant, on peut aussi très bien sortir en 32e, il faudra l’accepter, c’est le football. On ne pourra pas gagner tous nos matches mais on doit se donner tous les moyens pour y arriver.

Les deux victoires contre Blois et Lannion aux tours précédents semblent avoir apporté une forme de confiance supplémentaire à votre équipe…

Contre Lannion, on a ressenti de la pression. On pouvait marquer l’histoire du club en décrochant une première qualification pour les 32es. Finalement, on a été plus sereins contre Blois, même si on a souvent péché en seconde période. On n’a plus rien à perdre mais plutôt tout à gagner. Pour cela, il ne faut pas se relâcher, donner le maximum de nous-mêmes. On a repris l’entraînement le 22 décembre pour être prêt pour ce match, il faut désormais créer l’exploit une troisième fois.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Amiens SC – Valenciennes : Les notes du match

Christophe Pélissier : « Cheick est un modèle pour tout le monde »