Auteur d’une prestation accomplie contre Angers (3-2), en seizième de finale de Coupe de la Ligue, Thomas Monconduit retrouve le goût du plaisir après un début de saison difficile d’un point de vue mental. Entretien.

Thomas Monconduit, on imagine que ça vous a fait du bien de rejouer et de l’emporter…

Ça faisait un petit moment que je n’avais pas joué donc j’étais content de pouvoir retrouver des sensations et surtout le goût de la victoire. J’ai eu de bonnes sensations, ça faisait un moment que je n’avais pas ressenti ça, donc ça fait du bien.

C’était important pour le groupe d’entretenir cette spirale positive ?

Oui, ça l’était, sachant que le coach avait fait tourner et que les joueurs qui jouent moins voulaient lui montrer que l’on peut jouer et faire partie du onze de départ en championnat aussi. C’était important et je pense que ça a poussé tout le monde vers le haut. Les titulaires sentent que derrière il y a des joueurs qui répondent présent donc ça tire tout le monde vers le haut.  C’était important de faire un gros match tous ensemble et je sens que ça ne peut faire que du bien au groupe.

Et vous avez rejoué aux côtés de Bongani Zungu…

On a quand même joué un an ensemble sur la première année en Ligue 1 donc on se connaît bien. On a chacun eu nos petits problèmes ces derniers temps qui ont fait que l’on a moins joué mais on se connaît quasi par cœur. J’étais assez serein dans le fait de jouer avec lui. Je ne sais pas si ça permettra de titiller les titulaires mais il y a une concurrence qui est saine, on est quatre pour deux postes et c’est au coach de faire ses choix. Il est évident que tous les quatre on a envie de jouer et on fera tout pour jouer. Ensuite, ça ne dépend pas de nous.

Comment gérez-vous ce statut un peu nouveau de remplaçant ?

Quand on sait ce que l’on réalise à l’entraînement et en match, je n’étais pas surpris de ne pas jouer parce que mes performances n’étaient pas de très bonne qualité. Une fois que l’on sait ça, on sait pourquoi on joue ou non.

Comment expliquez-vous votre baisse de régime ?

C’était plus un problème mental. J’avais vraiment saturé ces derniers temps, d’ailleurs vous ne me voyez plus répondre après les matches parce que j’avais besoin de couper du foot et tout ce qui l’entoure. Ça fait quatre ans que je joue quasiment tous les matches, que je donne tout et j’avais besoin de souffler et maintenant ça va mieux. J’ai ressenti dès les vacances et pendant la préparation que la motivation n’était pas trop là et la pause m’a fait du bien. Il faut laisser passer ça parce qu’on sait qu’à un moment donné ça va revenir, même si on ne sait pas quand. Je venais le matin, je bossais, c’était difficile mais je savais que ça allait revenir. Il fallait juste être patient. Tout le monde était au courant et m’a soutenu.

Pendant cette période, le club a réalisé un bon début de saison…

L’équipe tourne bien, tant mieux. Je suis là pour que l’équipe marche et gagne. L’état d’esprit est le même à chaque match. On veut toujours aller chercher les trois points en mettant les ingrédients qu’il faut.

Vous prenez beaucoup de plaisir avec la philosophie de Luka Elsner ?

J’apprécie, oui, mais je crois que tout le monde apprécie parce que c’est un jeu à base de possession, où l’on va tous très vite vers l’avant, les milieux peuvent se projeter.

On vous a aussi vu très ému sur le but d’Alexis Blin…

Oui, parce qu’il a vécu un moment difficile que j’ai moi-même vécu. Je sais ce qu’il a ressenti donc j’étais très ému pour lui.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi :

> Amiens SC : Luka Elsner « surpris » par Christophe Jallet

> [CDL] Amiens SC – Angers : Le spectacle était au rendez-vous !

Laisser un commentaire