Si un accord a été trouvé entre la Ligue de football professionnel et l’Union nationale des footballeurs professionnels, le syndicat des joueurs, la mise en place du procédé est encore loin d’être acquise.

Un effort logique

En cette période de crise, aussi bien sanitaire qu’économique, suite à la pandémie du Covid-19, les joueurs de football professionnels semblaient sur le point de consentir à une baisse provisoire de leur salaire. Pourtant, la mise en oeuvre de cette mesure demeure en suspens. Tout d’abord, parce que le dossier est encore à l’étude au niveau gouvernemental, et que le ministère de l’Action et des comptes publics est encore loin d’avoir donné son aval. Ensuite, car le bureau de la Ligue de football professionnel (LFP) doit également donner son avis sur le sujet. Enfin, si l’ensemble des garde-fous étaient levés, les joueurs seront encore libres ou non de consentir à ce paiement différé des salaires.

En tout cas, il y en a un pour qui la nécessité de « faire preuve de solidarité » ne fait aucun doute. « La baisse de salaire ne me dérange pas« , affirme Thomas Monconduit, le milieu de terrain de l’Amiens SC, dans le quotidien l’Equipe. Une prise de position qui fait consensus au sein du vestiaire picard, déjà mis au chômage partiel depuis le début de la crise sanitaire. Pour autant, certains joueurs, principalement ceux en fin de contrat au 30 juin, demeurent inquiets quant à la possibilité de voir le championnat se poursuivre et se terminer durant l’été. Et ce même si la FIFA a annoncé vouloir favoriser la prolongation des contrats arrivant à échéance.

Surtout, l’accord passé entre la LFP et l’UNFP stipule que les joueurs seront payés dans leur intégralité, même si le championnat était amené à ne pas reprendre. Ce qui signifierait pourtant une perte sèche en droits TV pour les clubs mais pas pour les joueurs…

A lire aussi :

Amiens SC : Luka Elsner veut « créer une dynamique »

Ligue 1 : Accord LFP/UNFP à propos des salaires

Laisser un commentaire