Thomas Monconduit : « On s’est certainement laissé endormir »

Amiens SC Thomas Monconduit

Probablement capitaine contre Toulouse samedi soir, Thomas Monconduit reconnaît que les joueurs de l’Amiens SC ont connu une période plus délicate courant avril. Regonflés à bloc après le nul à Montpellier, les Amiénois sont déterminés à terminer le travail contre Toulouse, ce samedi. 

La suite après cette publicité

Ce match contre Toulouse est-il l’occasion de valider le maintien ?

Il faut déjà faire un bon match ! Ensuite, on verra selon notre résultat et celui des autres. On fera les comptes à la fin de la rencontre. Depuis le début de l’année, notre premier objectif est de faire des bons matches. S’il y a la victoire au bout c’est toujours mieux mais si on venait à faire un mauvais résultat, il resterait toujours deux matches derrière pour faire la différence. Surtout, on a toujours quatre points d’avance.

La suite après cette publicité

Justement, avez-vous le sentiment de faire des bons matches en ce moment ?

On a eu un petit creux sur les deux-trois matches avant Montpellier, où c’était mieux. Je pense qu’on sera bien demain (ndlr : samedi). C’était un peu naturel et l’entourage a joué un peu aussi. Tout le monde nous voyait maintenus à un moment donné, on s’est certainement laissé endormir. Le fait que les équipes derrière nous reviennent, nous a remis un coup de fouet.

La suite après cette publicité

Avez-vous pensé que le maintien était acquis ?

Non, on n’a jamais pensé que c’était fait. Maintenant, les journalistes, l’entourage, la famille, tout le monde nous a mis dit que c’était fait. Or, il n’y avait rien de fait. Ça peut arriver mais l’important est de vite réagir. Maintenant, je préfère être là où on est plutôt qu’à la place de Caen ou Dijon. On est clairement en position de force !

La suite après cette publicité

Avez-vous ressenti une pression quand l’avance est passée de sept à quatre points ?

Peut-être les gens mais pas nous ! On avait toujours quatre points d’avance, il n’y avait aucune raison de ressentir un coup de pression.

Entre les maladies et les blessures sur cette fin de saison, êtes-vous inquiet en cette fin de saison ?

Non, pas du tout. On a un bon effectif, je ne suis pas inquiet.

A quel type de match vous attendez-vous contre Toulouse ?

Je pense que ce sera différent de Strasbourg. Déjà le passif du coach alsacien a fait qu’il n’avait pas envie de perdre ici. Ensuite, Toulouse ça reste une équipe joueuse, je pense qu’on aura donc un match plutôt ouvert. Strasbourg était venu pour faire un 0-0, ce sera différent.

Et mieux pour vous car vous avez du mal contre les défenses regroupées….

Effectivement, on a du mal. Les grosses équipes connaissent les mêmes problèmes contre les blocs regroupés. C’est toujours difficile et c’est à nous de mettre la bonne intensité pour trouver la clé.

Considérez-vous que Toulouse soit sauvé ?

Mathématiquement ce n’est pas fait mais je pense que c’est le cas. Il reste neuf points à prendre, ils en ont sept d’avance, je vois mal Caen en reprendre neuf et Toulouse perdre tous ses matches. Je pense qu’ils seront aussi un peu revanchards par rapport à l’aller où on a fait un petit hold-up. Ils auront peut-être à cœur de se rattraper.

Propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire