Thomas Monconduit : « Penser au jeu pas à l’enjeu »

@DijonShow

Très frustré après la défaite contre Monaco (0-2) mardi soir, Thomas Monconduit a affiché davantage de sérénité en conférence de presse, ce jeudi midi. Malgré les difficultés actuelles de l’Amiens SC, le milieu de terrain a tenu à positiver avant le déplacement à Guingamp samedi.   

Dans quel état d’esprit êtes-vous après la défaite contre Monaco ?

On sait qu’on a fait un bon match contre Monaco, on est donc moins abattu qu’après Nîmes. On avait fait une contre-performance et ça fait plus mal aux têtes quand on est mauvais que quand on fait un bon match. J’ai apprécié qu’on se batte, qu’on soit ensemble. On a manqué un peu de réussite et de finition dans l’avant-dernière et la dernière passe, mais on était mieux.

Êtes-vous rattrapé par la réalité du classement ?

Non. Je ne pense jamais au classement mais aux ingrédients qu’on va mettre sur le terrain. Je veux qu’on fasse le meilleur match à chaque fois, peu importe l’adversaire, qu’on joue le premier ou le dernier. Si Guingamp fait une série et gagne deux matches, ils recollent. Même si ce sera difficile, il faut avoir l’ambition de battre tout le monde.

Après la déroute contre Nîmes, c’était important de montrer un autre visage face à Monaco…

Exactement, il fallait retrouver un collectif et un groupe qui avait envie. On devait se rattraper vis-à-vis des supporters, ce qu’on avait fait à Nîmes n’était pas digne du maillot qu’on porte.

Néanmoins, un sentiment d’impuissance n’est-il pas en train de s’installer au sein du groupe ?

Cela fait quatre ans où on a une période compliquée, où on marque moins. Maintenant, je sais que l’on va remarquer, cela ne dépend pas que des attaquants mais bien de tout le monde. L’avant-dernière passe doit également être meilleure. Il faut être plus tranchant devant le but.

En l’absence de Moussa Konaté, avez-vous le sentiment d’être suffisamment armé offensivement parlant ?

Je ne sais pas si on est suffisamment armé offensivement mais on l’est collectivement pour aller marquer des buts. Moussa n’est pas là, on le savait, on doit faire sans et ce n’est pas une excuse.

On avait ciblé l’enchaînement de matches Nîmes-Monaco-Guingamp-Angers, quatre concurrents directs pour le maintien, comme un moment important de cette première partie. À vos yeux, cela peut-il être le premier tournant de la saison ?

Ce n’est pas forcément un tournant, non. Ce sont des matches importants parce que ce sont des équipes de notre championnat mais la saison dans sa globalité est importante. Je ne m’arrête pas à un match ou à des adversaires. Je veux voir l’équipe progresser et faire des bons matches qu’importe l’adversaire.

Guingamp n’est donc pas un match crucial, samedi…

Non, on ne joue pas la 38e journée, ce n’est donc pas encore un match crucial.

Ce sentiment est-il partagé au sein du vestiaire ?

Oui, parce que le coach tient le même discours. Il a envie qu’on aille de l’avant, qu’on soit ambitieux et que l’on joue. C’est pour cela qu’il faut penser au jeu et pas l’enjeu.

Il n’y a donc pas de sentiment d’urgence au sein du vestiaire…

Dès le début d’année, on savait que l’on serait dans le bas du classement. Le club est conditionné pour jouer le maintien. L’urgence serait là si l’équipe jouait très mal. On a déjoué contre Nîmes mais on a plutôt fait un bon match contre Monaco.

Propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire