Titi Buengo : « La première mi-temps m’a énervé »

Titi Buengo US Camon

Au lendemain du match nul de son équipe concédé face au FC Chambly (c) (1-1), Titi Buengo revient sur une rencontre marquée par un contraste entre deux périodes : l’une insatisfaisante, l’autre réjouissante.

La suite après cette publicité

« Le jour et la nuit »

Quatre minutes. C’est le temps qu’il a fallu aux camblysiens pour parvenir à ouvrir le score au stade Lucien Jovelin, ce samedi. Concéder un but dans ce laps de temps illustre parfaitement la performance décevante des joueurs de Titi Buengo dans les quarante-cinq premières minutes de la rencontre. « C’était largement le jour et la nuit entre les deux périodes, déclare le principal intéressé. En première, je dirais qu’on a été absents. Et ce n’est pas normal par rapport aux objectifs que l’on a, au classement, à ce que l’on a pu proposer la semaine dernière à Doullens. » Mais l’entraîneur Camonois tenait aussi à signaler l’absence de son meilleur joueur lors de ce match. « Aujourd’hui, il nous manquait Zahir (ndlr: Zerdab) et pour moi, ça fait beaucoup, parce que c’est lui qui gère notre animation offensive. J’ai vu et ils ont constaté que c’était difficile de faire sans lui. »

La suite après cette publicité

Régional 2 : L’US Camon surpris par Chambly (c) !

Orpheline de l’international algérien, l’attaque de l’US Camon demeurait muette, malgré de brèves tentatives. Une situation qui a eu le don d’irriter Titi Buengo. « Cette première mi-temps m’a énervé, informe-t-il. Je n’ai pas compris ce qu’ils ont fait et on a donc été obligés de réagir. Quand on a la chance de jouer, il faut montrer à l’entraîneur que je peux m’appuyer sur eux. C’est compliqué avec les jeunes parce qu’il faut constamment être derrière eux. » Mais l’ancien joueur de l’Amiens SC n’est pas pour autant démobilisé.  « Cela me pousse encore à être plus virulent dans les choix, les prises de décisions, ou les interventions, explique Titi Buengo. Un joueur ne doit pas être attentiste, il ne peut pas rêver, rêvasser. Nous, on a souvent tendance à être en réaction plutôt qu’en action. Et ça, ça me dérange. »

La suite après cette publicité

Titi Buengo marque le coup à la mi-temps

Pour stopper l’hémorragie, pour montrer un tout autre visage en seconde période, et surtout pour prétendre égaliser face à Chambly, Titi Buengo décidait alors d’effectuer ses trois changements. Ces derniers touchaient directement l’animation offensive avec les entrées de Ramla, Sambou et Arkoub et réorganisaient indirectement la défense Camonoise. Il s’explique : « Au départ on pense avoir mis la meilleure composition et puis on se rend compte qu’au fil du match, ce n’est pas le cas. On est alors dans une réflexion qui vise à garder la même équipe ou à tout changer. C’est cela qu’on a essayé de faire avec Jean-Paul (ndlr : Lucas, entraîneur adjoint) en deuxième mi-temps : bouger tout le monde et trouver l’équilibre pour les bloquer. On a réussi à le faire en deuxième. » En effet, par un but de Ramla à dix minutes du terme, l’US Camon allait chercher un point important dans la lutte à la montée.

La suite après cette publicité

À deux points du leader, Outreau, et à trois unités devant Chaumont, troisième, Camon conserve donc sa deuxième place, synonyme de promotion. À six rencontres de la fin de saison, Titi Buengo se veut ambitieux : « Si on peut aller chercher la première place, on ira la chercher. »

Jean-Baptiste PLOYART

Laisser un commentaire