Titi Buengo : « L’Amiens SC va jouer avec nos nerfs jusqu’au bout »

Invité de l’émission la Tribune des Sports, diffusée chaque lundi sur France Bleu Picardie et animée par Mathieu Dubrulle, Titi Buengo a évoqué la situation de l’Amiens SC, qui disputera une finale pour le maintien en Ligue 1, vendredi soir contre Guingamp. 

Amiens maintient le suspense

« L’Amiens SC va jouer avec nos nerfs jusqu’au bout. C’est bien pour ceux qui aiment les émotions fortes mais j’espère qu’on connaîtra une belle fin. Je ne suis pas stressé mais vigilant. Cela reste un match de football, il ne faut pas le jouer avant ou après mais bel et bien le jour J. On a encore la balle dans notre camp. »

Une fin de saison éreintante 

« Je les trouve empruntés et je pense qu’il y a eu un relâchement. Il y a un mois et demi de cela, il y avait sept points d’avance sur les autres et c’était peut-être fait dans les têtes des joueurs. Les équipes derrière ne gagnaient pas un match puis il y a eu des victoires inattendues de Caen et Dijon contre des gros et ça a changé la donne. »

Tous impliqués dans l’opération maintien ?

« Les joueurs prêtés n’ont rien à perdre à se maintenir ou non. Finalement, ça peut être un atout car ils peuvent jouer à 100%, sans pression, par rapport à des joueurs en fin de contrat pour qui l’avenir est davantage lié à celui du club. Maintenant, les acteurs doivent forcément ressentir quelque chose, un peu de tension. Je suis persuadé qu’après le match à Monaco ils ont regardé les résultats des autres équipes. »

Une attaque en berne

« L’an dernier, Konaté était seul en pointe. Il n’y avait que lui, l’équipe comptait avant tout sur lui. L’arrivée d’un deuxième attaquant l’amène à partager les tâches. Le tandem fonctionne bien mais la vedette est partagée. »

Amiens sous pression ?

« La pression est sur Amiens, c’est certain mais il faut prendre en compte le contexte guingampais. Leur sort est déjà scellé, vont-ils venir pour gagner ? Quand on voit ce qu’ils montrent depuis plusieurs mois… Ils vont venir relâchés, sachant qu’ils n’ont plus rien à jouer… Ensuite, il y a des alliances entre différents clubs qui peuvent nous dépasser. »

Source : France Bleu Picardie

Laisser un commentaire