Titi Buengo (US Camon) : « La coupe n’a plus de sens pour les amateurs ! »

Surpris par l’annonce tardive de la Fédération française de football (FFF) à propos de la reprise de la coupe de France pour les clubs amateurs à partir du 30 janvier, Titi Buengo estime que cette décision a été prise pour de mauvaises raisons. S’il ne compte pas brader la compétition, le coach de Camon estime que le monde amateur est mis devant le fait accompli. Entretien.

Quel est votre avis sur cette reprise rapide de la compétition ?

Elle est très rapide et je n’ai pas vraiment de mots. Je suis étonné que ça se soit fait comme ça. C’est quelque chose qu’ils ont dû travailler en amont, et s’ils avaient un peu de respect pour les clubs amateurs, ils auraient pu prévenir un mois à l’avance. Là c’est onze jours ! On n’avait pas le droit aux contacts à l’entraînement, à aucun moment ils n’ont autorisé ça, donc c’est bizarre.

Coupe de France : La voie amateur débute fin janvier !

On a l’impression que les amateurs sont les dindons de la farce…

C’est fait pour les professionnels parce qu’ils n’ont jamais arrêté. Ils ont toujours joué, fait des matches, se sont toujours entraînés normalement. Il n’y a jamais eu de couvre-feu qui s’appliquait pour eux. Nous, on a tout et on doit naviguer dans une compétition où les pros sont présents. Il faut passer plusieurs tours pour les affronter, mais je parle pour tous ceux qui arriveront à jouer contre eux : ce sera systématiquement des échecs.

Comment allez-vous gérer ces dix jours avant ce match ?

Les entraînements se feront à nouveau avec contact, mais le problème c’est qu’on a un couvre-feu à 18 heures. Avant cette heure-là, on a personne, les mecs travaillent, certains sont à la fac. C’est compliqué. On va s’entraîner le week-end, mais on n’en a qu’un avant ce match. Je n’envisage pas de faire des entraînements tôt le matin, je ne pense pas que ce soit faisable.

Coupe de France : Pas de dérogation pour l’AC Amiens, Camon et Longueau !

Quand aviez-vous repris l’entraînement ?

On avait repris dès la semaine du 10 décembre, quand on a été autorisé à le faire avec le couvre-feu à 20 heures. Ce qui est dommageable, c’est que quand le couvre-feu était à cette heure-là, il fallait courir après certains joueurs. Aujourd’hui, c’est à 18 heures… C’est un peu un manque de professionnalisme mais peut-on parler de ça dans un monde amateur ? Non, parce que certains se comportement comme des amateurs.

Était-ce vraiment utile de s’entraîner sans contact ?

Non, ce n’était pas faisable parce que dans un match de foot, tu ne fais pas de slaloms, tu ne sautes pas de plots, tu ne fais pas d’échelles. Tu es constamment en train de feinter l’adversaire et tu joues par rapport à lui. Si tu n’as pas d’adversaire, comment veux-tu travailler ? On garde la forme, mais on n’a pas de repères. Ce qui est ennuyeux, c’est qu’ils disent que la reprise aura lieu dans onze jours, mais n’ont-ils pas oublié une étape qui aurait été de nous prévenir, ne serait-ce que ceux qui sont toujours en lice dans la compétition ? Parce que ce n’est que la coupe de France qui reprend ! Ils ne prennent des mesures que pour les gros clubs qui peuvent déjà s’entraîner et jouer des matches !

Azouz Hamdane (AC Amiens) : « Si ça ne tenait qu’à moi, je boycotterais ! »

Dans ce contexte, allez-vous jouer la coupe de France à fond ?

On va la jouer à fond ! Si on jouait une équipe de National 1 ou 2, avec leurs contrats fédéraux et peuvent s’entraîner, ça aurait été dur, mais là on joue une équipe de notre division, et j’espère qu’ils ont subi les mêmes choses que nous.

Comprenez-vous qu’on vous fasse reprendre pour la coupe sans donner la moindre indication pour le championnat ?

Est-ce que tout ça a encore un sens ? Je ne sais pas. Ce qui est sûr c’est qu’on avisera en amont. A force d’être pris pour des dindons, c’est compliqué de suivre les réglementations, sachant qu’elles sont préparées pour tout le monde.

Est-ce que cette coupe a encore du sens, à vos yeux ?

Notre état de forme est à zéro, c’est clair et net. Les professionnels ont pu jouer, ils peuvent continuer la compétition, mais ils jouent déjà des matches. Quand on va les rencontrer, qu’est-ce que ça va être ? Tout ça n’est fait que pour les professionnels. Elle n’a plus de sens pour les amateurs. Il n’y a plus de public et c’est juste fait pour sauver les quelques droits télés. Pour les amateurs, ça n’apporte plus rien du tout.

Et ça devient une charge au vu du protocole à respecter…

Tout est à la charge des clubs amateurs, il n’y a même pas d’aide ! C’est facile de dire que la coupe reprend, mais quand tu vois le prix de la logistique sans aucune aide… Et si on ne le fait pas, on ne joue pas !

Comprenez-vous la possibilité qu’un match soit perdu par forfait si un cas de Covid est détecté ?

C’est n’importe quoi, ils sont ridicules. Chez les pros, il y a plein de cas de Covid et on reporte ! Châteauroux a joué avec sept cas de Covid ! Et les pros ont droit aux contacts à l’entraînement parce qu’ils sont soi-disant surveillés et qu’on les teste tout le temps. Mais les tests permanents n’empêchent pas d’avoir le Covid ! Les gens rentrent chez eux, il peut se passer plein de choses, surtout qu’on ne sait pas comment on peut attraper ce virus.

Avez-vous encore espoir que le championnat reprenne un jour ?

On est obligés de reprendre. Les gens ont entamé le championnat et on fera une saison où personne ne va bouger ? Certains ont perdu de l’argent et plein de choses, il faut prendre ça en compte. La saison blanche, il n’y a pas de soucis, mais quand les relégations ont été actées l’année dernière, ils ont juste appliqué le règlement. C’est triste tout ça.

Avez-vous le sentiment qu’on se préoccupe du football amateur ?

Sincèrement, ça ne me dérange pas. Je sais dans quel milieu je navigue. Je n’attends pas plus de reconnaissance pour le football amateur. On est là où l’on est, on fera avec nos moyens. On ne cherche pas à se plaindre parce que le football a toujours été comme ça. Il n’y a pas spécialement de place pour le football amateur alors que si le foot pro existe, c’est justement parce qu’il y a des joueurs issus du monde amateur qui arrive en pro. De base, sans le football amateur, il n’y aurait pas de football professionnel. On ne s’occupe que du sommet de la pyramide. Malheureusement, le football amateur est dirigé par le football professionnel. Ce sont eux qui prennent les décisions pour tout le monde, et notamment celle de laisser mourir le football amateur à petit feu. Et la décision de dire « vous reprenez dans onze jours »… J’ai les nerfs, c’est profond ! Les gens ne se rendent pas compte que c’est un investissement total dans le milieu amateur. C’est beaucoup de sacrifice. On prépare la saison et puis finalement, c’est du n’importe quoi. Pourquoi ne pas forcer la reprise du championnat ? Ca n’a pas de sens.

Tous propos recueillis par Romain PECHON et Adrien ROCHER

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Amiens SC Opoku

Amiens SC : Nicholas Opoku finalement suspendu contre Pau

Ligue 2 Amiens SC

Ligue 1/Ligue 2 : La LFP met à jour son règlement en cas d’arrêt prématuré