Titi Buengo (US Camon) : « L’objectif est de jouer la montée ! »

Après une première saison en Régional 1 qui l’a laissé sur sa faim, Titi Buengo entend bien monter le curseur pour l’US Camon, qui a repris le chemin de l’entraînement, lundi dernier. Satisfait par son recrutement, l’entraîneur camonois annonce clairement son ambition de jouer la montée dès cette saison. 

La reprise de l’entraînement

« La reprise a été conviviale. Je suis content de retrouver le groupe et surtout la liberté de la pelouse. J’ai posé le cadre parce que c’est comme ça que je vais me tenir. Ça fait partie de mon projet et de celui du président. On veut resserrer les boulons pour avoir des joueurs qui tirent dans le même sens que nous. Hormis Nagy, Adjidé et Ameur, tout le monde était présent. »

La préparation estivale

« On avait des tests lundi pour connaître l’état physique des joueurs et savoir ce qu’ils ont comme coffre. Maintenant, c’est une mise en place qui se fait tranquillement avec du ballon, de la course avec ballon et des exercices de reprise. On va monter en intensité crescendo. Il y a entraînement quasi tous les jours, et samedi il y aura une petite opposition interne. C’est léger et ça se fera au rythme des joueurs. Je ne leur imposerai pas de mettre de l’intensité. On veut simplement qu’ils courent. On fait beaucoup de ballon et c’est surtout sur ça qu’on appuie depuis la reprise. On veut qu’ils se familiarisent avec, comme ça ils trouvent le travail moins pénible. »

Un recrutement offensif

« J’ai voulu appuyer mon recrutement sur le plan offensif parce que la saison dernière ça nous a fait défaut. J’estime que si on n’avait pas eu Zahir (Zerdab), on n’aurait pas existé offensivement. Il ne peut pas être tout seul, on doit trouver d’autres solutions. C’est pour ça qu’on a accentué le recrutement dans ce domaine avec les arrivées de Wilfried Galimo et Okan Bodur, ainsi que le retour de Jonas Adjidé. En ce qui concerne Okan Bodur, je le vois jouer sur pas mal de postes comme en 10 ou sur les ailes. C’est un joueur qui percute, qui me plaît beaucoup. Sur les entraînements, je trouve que c’est un joueur instinctif, un créateur. Il a du physique et c’est un gamin qui va trouver sa place dans cette équipe. Pour ce qui est de la défense, je ne suis pas inquiet pour la défense parce que j’ai des joueurs en qui j’ai entièrement confiance. Je connais leurs capacités, j’ai aussi pas mal d’alternatives avec ceux qui sont polyvalents. Maintenant, le plus important pour moi c’est vraiment le milieu de terrain et le côté offensif. »

Des départs compensés

« Julien (Lomboto) a fait une très bonne saison et il est parti pour Strasbourg, c’est normal. C’est son plan de carrière. On n’est pas là pour retenir des joueurs, au contraire. S’ils estiment vouloir partir et qu’en plus ils intègrent un club professionnel, c’est valorisant pour ma part et pour le club. Les joueurs et les coaches, on n’est que de passage. Il part et laisse sa place à un autre. Le départ de Joffrey Torvic (ndlr : pour l’AC Amiens), je l’ai appris le 14 juillet, c’est comme ça. Dans le football, je m’attends à tout, je ne suis pas surpris. J’ai recruté pour compenser ces départs et j’avais déjà anticipé sur certains postes. Il n’y a aucun problème numériquement parlant. J’ai recruté en fonction des manquements de certains joueurs et des défauts dans les attitudes chez certains. Et il y en a eu dans les attitudes de quelques joueurs. Dès cet instant, mon recrutement a été clair, il fallait doubler voire tripler pour mettre de la concurrence. Grégory Badibanga a le même profil box-to-box que Julien Lomboto. Joffrey est parti, il laisse sa place à quelqu’un d’autre et la vie continue. »

Un discours musclé

« Pour moi, cette année, le discours ne changera pas et les meilleurs joueront. Dès l’instant où les mecs sont bons, ils joueront. Je ne veux plus savoir le statut, je veux qu’on me prouve sur le terrain pour gagner sa place. Je suis sur ma faim par rapport à l’an dernier à cause du manque de régularité et des comportements individuels qui ne m’ont pas plu. Je compte remettre chaque joueur à sa place. Les pseudo-stars, il n’y en a pas. On a un joueur qui peut être considéré comme une pseudo-star, mais il joue à ce niveau et c’est Zahir Zerdab. C’est le seul qui a été professionnel et à qui je ne peux rien dire. Les autres joueurs doivent se servir de son niveau, de son expérience et surtout de son humilité. C’est ça le plus important. »

Une ambition affirmée

« L’objectif est de jouer les premiers rôles et jouer la montée. Si les joueurs ne sont pas capables sur des ambitions comme ça, ils n’ont rien à faire à Camon. On est quand même en R1 et on espère franchir des paliers. Il faut toujours essayer d’aller chercher ce qu’il y a au-dessus. J’arriverai à transmettre cette ambition aux joueurs. Il y a quelque chose à faire, je ne veux pas qu’on dorme parce que les années passent. Le projet est aujourd’hui à Camon mais peut être dans un autre club demain. Les places sont disputées dans la région, ce n’est pas rien. Je sais très bien que si on arrivait à monter, ça ne plairait pas à tout le monde mais c’est comme ça. Il faut avoir des ambitions, essayer d’aller chercher le meilleur pour exister. »

Tous propos recueillis par Romain PECHON

Ils arrivent : Okan Bodur (AC Amiens, N3), Killian Chancerel (AF Arras, N3), Grégory Badibanga (ESC Longueau, R1), Wilfried Galimo (Étoile de Matoury, R1)

Ils partent : Michel Gomes Monteiro (Amiens Portugais, R2), Julien Lomboto (RC Strasbourg, L1), Ryan Da Veiga (N3), Joffrey Torvic (AC Amiens, N3)

A lire aussi : 

Sébastien Léraillé (ESC Longueau) : « Le challenge s’annonce très relevé »

Mathieu Vallois (SC Abbeville) : « Miser sur nos jeunes »

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Luka Elsner (Amiens SC) : « Haitam (Aleesami) ne continuera pas avec nous »

luka elsner amiens sc

Amiens SC : Une première répétition générale