Titi Buengo US Camon

Après une préparation interrompue en raison d’un cas de Covid détecté dans le club, l’US Camon de Titi Buengo aborde le lancement de la nouvelle saison avec envie mais aussi son lot d’incertitudes.

Publicité


Où en êtes-vous de la situation sanitaire qui a perturbé votre préparation ?

Le joueur qui a contracté le virus a refait des tests et est maintenant négatif. Pour ne plus prendre de risque, on a suggéré à tout le monde de faire des tests et on a annulé la semaine d’entraînement. On devait faire un dernier match que l’on a annulé.

Publicité


Comment avez-vous appris ce résultat positif ?

Le joueur était rentré de vacances depuis le Sud de la France et ressentait comme une perte de goût. C’est un des symptômes donc on lui a dit de ne pas venir à l’entraînement et de passer des examens. Il l’a fait et il s’est avéré qu’il était positif.

Publicité


Quelle sera votre démarche pour la suite de la saison ?

Il faut tester mais le problème c’est qu’on peut le faire maintenant et être positif six ou dix jours plus tard. C’est très compliqué à gérer.

Publicité


Vous n’avez donc pas eu beaucoup de matches…

Non, et c’est un petit peu problématique, mais je sais que l’on a bien travaillé depuis la reprise. C’est vrai que les repères et les automatismes en match vont mettre un peu de temps à arriver dans le sens où l’on trouve beaucoup plus de liens en match plutôt qu’à l’entraînement.

Quel bilan tirez-vous des quelques matches qui ont été disputés ?

Il n’y a pas forcément grand chose dans le sens où ce sont des matches de préparation où on se remet en jambes pour avoir des repères. J’attends surtout quelque chose des trois premiers matches de championnat. L’intégration des nouveaux se passe bien mais c’est le terrain qui parlera.

Est-ce qu’il y a des signes d’inquiétude avec cette préparation tronquée ?

Ce qui m’inquiète c’est que l’on est dans un faux rythme. Avec tout ce qu’il s’est passé avec le cas de Covid, ça a retiré l’engouement autour du football. On le ressent et vivement que le championnat reprenne pour que l’on soit vraiment dedans.

Comment avez-vous géré cet arrêt suite au cas positif ?

On a tout arrêté et on a repris dès l’instant où tout le monde a eu le résultat des tests. On a été stoppé pendant six jours. Je ne cherche pas à doubler les séances parce que ce qui est perdu, on ne le rattrapera pas.

Craignez-vous que le début de saison soit difficile en raison de tout ça ?

On a pris du retard mais ça n’excuse rien. Le football est fait d’incertitudes. Parfois on peut ne pas être dans les normes et faire de bonnes choses. Ca va dépendre de l’envie de chacun, de la compréhension du moment et aussi de l’état de forme de l’adversaire.

Allez-vous acter du huis clos pour vos rencontres ?

On jouait déjà presque à huis clos donc ça ne va pas trop changer pour des amateurs comme nous. On n’a pas 500 spectateurs par match. On a une cinquantaine de personnes au maximum donc il n’y a aucun soucis là-dessus.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

Le bilan de la préparation 

ROYE-NOYON (R1) – US CAMON (R1) : 2-1 (Ducrocq)

SC ABBEVILLE (R1) – US CAMON (R1) : 0-3 (Péchin, Isambart, Galimo)

US CAMON (R1) – AMIENS PORTUGAIS (R1) : 2-0 (Isambart, Dos Santos)

A lire aussi : 

Mathieu Vallois (SC Abbeville) : « Satisfait du comportement et de l’investissement »

Sébastien Léraillé (ESC Longueau) : « J’ai plus de certitudes que l’an dernier »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments