Grand favori de son quatrième tour de coupe de France, l’US Camon s’est qualifié sans trembler mais sans pour autant briller face à Harbacq, pensionnaire de D4. Une prestation amplement suffisante aux yeux de Titi Buengo, le coach camonois.

Publicité

Vous vous êtes qualifiés sans vraiment vous faire peur même si vous vous êtes retrouvé à 1-1 à un moment donné…

On ouvre le score rapidement, après deux minutes de jeu. Mais après, on est tombé dans un faux rythme et on a voulu jouer sur un terrain difficile. En première mi-temps, malgré le but encaissé, il y avait quand même 4-1 et le travail a été fait.

Publicité

Vous avez donc évité le piège grâce à une bonne première mi-temps…

On a un peu géré en deuxième mi-temps. Il y avait une valeureuse équipe en face mais qui était cuite physiquement et n’était pas trop dangereuse non plus. On est satisfait du comportement de l’équipe parce qu’on était venu pour ça. On n’était pas là pour faire le spectacle mais pour respecter l’adversaire et pour gagner.

Publicité

Est-ce que ça peut permettre de confirmer vos ambitions de faire un bon parcours cette saison, même si le niveau pourrait monter au prochain tour ?

Ca met de l’adversité ça permet de tester ce que l’on vaut. Je trouve que c’est important. C’est bien de basculer aussi sur des équipes de niveau supérieur.

Souhaitez-vous tout de suite tirer du gros de N3, N2, voire National ?

Non, pas forcément tirer du gros, mais plus des équipes où l’on pourra évoluer sur des bons terrains parce que ce n’est pas tout le temps évident et il y a des pelouses qui sont propices à des blessures. Plus on va descendre bas dans les divisions, plus on aura de chances d’être confrontés à ces terrains difficiles à jouer. Si on pouvait évoluer à domicile, ce serait très bien aussi.

Pouvez-vous mener de front le championnat et la coupe ?

Oui, parce qu’on a assez de joueurs pour pouvoir jouer sur les deux tableaux. On ne joue qu’un match par week-end donc ça ne change rien. A la place de jouer un match de championnat, on a un match de coupe qui entre en compte.

La difficulté va désormais être de faire des choix, notamment sur le secteur offensif…

J’ai beaucoup de cartouches, oui. Offensivement, cela va être difficile mais je préfère être à cette place, que l’on puisse avoir des choix difficiles à avoir chaque week-end parce que ça veut dire qu’il y a de la qualité. Devant la défense, avec Mathurin (Sakho) et Quentin (Ducrocq) on a trouvé un vrai équilibre parce qu’ils sont très complémentaires. Il y a Mathurin qui sécurise devant la défense avec beaucoup d’expérience et de qualité technique et athlétique. Quentin, c’est une machine ! Il court partout, il est dur, il gratte pas mal de ballons, il a la finition aussi. Ca crée un bon équilibre.

Jusqu’ici, tout va bien, donc !

Tout va bien, on continue à avancer tranquillement. Les feux sont au vert mais on reste vigilant parce qu’à chaque match suffit sa peine. On va se remettre au travail pour préparer le prochain match.

Propos recueillis par Romain PECHON

HARBACQ (D4) – US CAMON (R1) : 1-5 (1-4)

Stade Municipal, Harbacq

Arbitre : M. Delion

Buts : Bodur, Isambart, Ducrocq, Zerdab, Galimo

US CAMON : Josse – Nagy, Adam, Delgove, Dos Santos – Sakho, Ducrocq – Ngakosso, Isambart, Bodur – Zerdab

Entrés : Péchin, Allogho, Galimo

Entraîneur : Titi Buengo

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

Laisser un commentaire