Toujours invaincu après sept rencontres, l’US Camon est surtout allé chercher un deuxième succès consécutif, sur sa pelouse, face à Tourcoing (3-1). Une victoire qui propulse les jaunes et noirs à la quatrième place et qui permet de faire le plein de confiance après un début de saison frustrant, selon Titi Buengo.

Titi Buengo, c’est une victoire à domicile qui fait du bien…

Elle fait du bien parce qu’elle est sur la continuité de celle acquise à Dunkerque. C’est une très bonne chose.

La saison est complètement lancée, maintenant ?

C’est ce qu’il nous fallait pour savoir où l’on se situait et de quoi on était capables. J’attendais beaucoup de mes joueurs mais je savais qu’il ne manquait pas grand-chose pour basculer du côté positif.

Il y a un gros potentiel offensif qui trouve enfin de l’efficacité.

Tout à fait. On marque trois buts et on est efficaces offensivement comme défensivement. En ce moment, notre gardien est en état de grâce et nous préserve bien. Notre défense est costaude avec des gamins qui se battent sur chaque ballon. Ça fait vraiment du bien.

C’est un succès dans la difficulté ?

C’était comme chaque week-end. Il n’y a pas de match facile. C’est un environnement où l’on a su tirer profit des évènements dans les moments-clés du match.

Vous êtes propulsés à la quatrième place après ces deux victoires. Ça augmente les ambitions ?

On emmagasine surtout de la confiance. J’espère que le groupe prendra conscience qu’il y a des paramètres qui nous permettent de nous dire que l’on doit s’accrocher à chaque match parce qu’on n’est pas ridicules alors que l’on vient de monter. Avec les joueurs que j’ai, je pense qu’on peut aller chercher des choses et embêter les équipes qui jouent les premiers rôles.

Il y avait beaucoup de frustration après l’enchaînement des matchs nuls ?

Oui, mais les deux victoires fructifient nos matches nuls du début de saison. On est encore invaincus, et malgré les cinq matches nuls, on est au pied du podium, même si le classement est serré. On aurait voulu mieux mais on est en train de rectifier le tir, aujourd’hui. On n’a pas à se plaindre.

Les deux succès ont-ils fait sauter un verrou psychologique ?

Ça a libéré le groupe dans le sens où l’on est capables de gérer beaucoup de situations. Hier, comme à Dunkerque, on a ouvert le score et on a géré le match derrière. On s’est fait rejoindre avant la mi-temps mais derrière on a fait ce qu’il fallait. On a une gestion qui varie mais, pour l’instant, on la maîtrise.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi :

> Antoine Buron (Amiens SC b) : « Content que ces jeunes joueurs parviennent à exister à ce niveau »

> Régional 1 : L’US Camon passe la deuxième

Laisser un commentaire