Victorieux sur la pelouse de l’AS Marck (1-0), l’US Camon de Titi Buengo monte sur le podium de la poule A de Régional 1 mais est surtout allé chercher un véritable succès collectif.

Titi Buengo, vous n’arrêtez pas votre ascension !

C’est le copié-collé du match de Dunkerque. On est tombés sur une très bonne équipe qui avait du répondant physiquement, et je pense qu’ils étaient au-dessus de nous dans ce domaine, mais dans l’agressivité et le jeu au sol, on était meilleurs.

C’est ce qui a fait la différence sur la longueur du match ?

Oui, pourtant ils ont eu des opportunités, ont touché la barre. Maxime Josse a encore réalisé un excellent match. Dans le scénario, c’est le même match qu’à Dunkerque, mais c’est le football. L’équipe qui a le plus de réussite gagne le match.

Mais la réussite se provoque…

Bien sûr, surtout qu’encore une fois, on ne prend pas de but. On est bien, on souffre sur certaines situations mais on tient la baraque et c’est ce qui fait grandir le groupe. On va chercher des résultats dans l’adversité.

Ces petites victoires au score font du bien au vu du contexte…

Ça construit le groupe, tout en sachant que j’avais deux départs en sélections (ndlr : Dylan Adam et Joffrey Torvic avec la Guyane). Les joueurs qui ont pris la place des absents ont vraiment répondu présent. C’est toute une gestion pour que tout le monde soit concerné parce que tous les mois, ces joueurs partent en sélection et il faut trouver le bon équilibre et le bon compromis pour faire avancer le groupe.

Ce sont des victoires collectives, mais le retour de Zahir Zerdab permet d’aller marquer ces buts qui vous manquaient en début de saison…

Offensivement, c’est le finisseur. Mais au-delà de ça, c’est un exemple parce qu’à 37 ans, il court, il s’arrache sur tous les ballons et il est toujours positif envers les autres joueurs. C’est une très bonne chose mais je ne doutais pas de lui parce qu’il a quelque chose de différent que les autres n’ont pas. Je ne veux pas dénigrer les autres joueurs, mais c’est beaucoup plus facile quand on a Zahir dans l’effectif.

Grâce à son professionnalisme ?

Il a ce quelque chose des joueurs qui ont touché le haut niveau et qui arrivent à le mettre en évidence dans des petites divisions comme le R1. Tout lui semble facile parce qu’il voit avant, parce qu’il est malin, intelligent et a un don, un quelque chose qui fait la différence.

L’aspect défensif, c’est l’autre point clé de ce début de saison réussi !

Collectivement, on est forts, on est costauds. Notre capitaine Corentin Nagy emmène toute la troupe avec Sofiane Delgove, Sofiane Ameur et Romain Dos Santos. Ils tiennent vraiment la baraque avec le gros travail de Julien Lomboto au milieu de terrain. C’est vraiment un collectif. Ce sont des mecs qui ont appris à se connaître et ils font les efforts les uns pour les autres.

On est quasiment au tiers du championnat, et Camon semble clairement regarder vers le haut…

On avance. Depuis le début on a avancé en regardant ce qu’il se passait en haut. On reste très vigilants sans avoir d’excès de confiance. Il faut juste prendre conscience que l’on a un groupe qui peut poser des problèmes aux autres équipes de ce championnat donc on ne va pas se gêner.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire