Titi Buengo

Quelque peu frustré par l’arrêt prématuré de la saison 2019/2020 de Régional 1, Titi Buengo prépare désormais avec ambition le prochain exercice. Et pour l’entraîneur de l’US Camon, ses joueurs vont devoir faire preuve davantage de rigueur pour atteindre les objectifs fixés par le club. Entretien.

Titi Buengo, comment jugez-vous cette saison ?

J’ai un peu de regrets. Les choses ont basculé après la trêve quand on a un peu lâché dans l’envie, l’état d’esprit et les objectifs individuels. C’est le seul regret que l’on a. Mais c’était une première saison en R1, avec de nouveaux joueurs, la mayonnaise a pris, on n’a pas été ridicules. Au contraire, on a surpris ! C’est bien pour la suite, surtout que je sais comment je peux améliorer mon effectif. Ce qui laisse vraiment des regrets c’est qu’on était deuxièmes à la trêve et que le championnat s’arrête deux mois plus tard sur un truc arrivé de nulle part. Il y a des clubs qui en ont tiré profit, et on n’en fait pas partie.

Malgré tout, c’est une très bonne expérimentation pour être meilleur l’an prochain…

C’est une bonne année parce qu’on s’est maintenus et on a montré de bonnes choses. Pour la suite, c’est s’appuyer sur certains détails qui feront la différence sur la prochaine saison.

Quels seront les objectifs ?

Finir le plus haut possible. Mais avec un peu plus d’expérience, que l’on a prise cette année, il y a certaines choses qu’on ne laissera plus passer parce que certains joueurs ont manqué de professionnalisme dans le sens où ils n’ont pas pris les choses au sérieux. Le maître-mot sera la rigueur.

L’effectif va-t-il beaucoup bouger ?

Il va être renforcé, c’est sûr et certain, par quatre à cinq éléments qui vont apporter ce qu’il faut sur le terrain. Les dès seront jetés à nouveau à ce moment-là. Plus personne ne sera dans le confort en dehors de Zahir (Zerdab) qui n’a pas de concurrence à son égal.

La priorité est donc de conserver les cadres comme Zahir Zerdab, Corentin Nagy, Sofiane Ameur ?

Bien sûr. La priorité est de les conserver. On enregistre également le retour de Thomas Hallu ce qui va amener encore un peu plus d’expérience. Il y a trois ou quatre recrues qui vont compléter ce groupe. J’ai hâte de reprendre et la seule chose que je dirai aux joueurs c’est qu’ils ont intérêt à se bien tenir parce que la concurrence sera plus rude que ce qu’elle était cette saison. Il n’y a plus de passe-droit.

Le retour de Thomas Hallu va faire du bien pour compenser la perte de Julien Lomboto…

Il a été mon stabilisateur l’année de la montée, c’était mon capitaine. Je pense qu’il nous aurait beaucoup apportés sur cette première année avec son expérience. Il a les deux pieds, il met beaucoup d’agressivité dans son jeu. C’est un combattant et ça nous a manqués dans certaines lignes. On va rectifier ça la saison prochaine et calmer les egos parce que je ne supporte pas ça. Encore quand tu es fort, je peux comprendre un peu l’ego, mais quand tu ne tires pas le groupe vers le haut, c’est compliqué.

La jeunesse a frappé fort ces dernières années entre Jonas Adjidé, Julien Lomboto et Dylan Adam. Est-ce qu’il y aura toujours cette volonté de la mettre en lumière ?

Mon but, c’est de leur permettre de toucher le plus haut niveau possible. Et j’ai compris que plus le joueur est jeune et performant, plus tôt tu le lances et plus tôt il fait du bruit. Si à 17 ans, on se dit qu’il faut attendre… Au contraire ! L’expérience, il faut bien qu’ils démarrent un jour pour en avoir. Ma philosophie, c’est d’avoir trois à cinq jeunes par saison, et il y en a toujours un qui va se révéler.

L’an dernier vous aviez beaucoup recruté par nécessité. Avez-vous été satisfait de ce mercato ?

J’ai été content de mon recrutement à l’instant T, sur certaines parties de la saison, mais à long terme, je n’en suis pas content. C’est pour ça que celui à venir est plus qu’important. On va rectifier certains postes clés qui nous ont fait défaut lors de pas mal de matches.

Quels sont les profils recherchés ?

Des joueurs offensifs, percutants, avec de la puissance, mais aussi des finisseurs parce qu’après Zahir, le deuxième buteur n’est qu’à deux buts. Au poste de milieu par rapport au départ de Julien Lomboto, j’aimerais un joueur du même profil avec de la puissance parce qu’on en manque. On a des discussions, on a l’accord de Killian Chancerel, un latéral gauche d’Arras et on attend les retours de la Ligue.

Craignez-vous certains départs ?

On a déjà ceux de Ryan Da Veiga pour un club de N3 près de Tours et de Michel Gomes Monteiro aux Portugais d’Amiens, ensuite on verra. On a également un attaquant guyanais qui arrive. Ça se construit tout doucement.

On imagine que vous souhaitez également étoffer en quantité en plus de la qualité…

Oui, c’est tout à fait ça. Par contre le message est tout simple : ceux qui n’accepteront pas la concurrence n’auront rien à faire à Camon. Pour faire vivre une équipe quand on a des ambitions, il faut un groupe beaucoup plus élargi de qualité. Ça fera des mécontents parce qu’ils ne joueront pas, mais c’est moi qui le décide. Cette année, on était un peu plus dans le confort parce que certains postes n’étaient pas doublés et c’est une erreur de notre part. On a fait avec nos moyens, mais c’était une erreur parce que certains se sont mis dans le confort. Tout va être chamboulé l’année prochaine. Les cadeaux, c’est fini !

Tous propos recueillis par Romain PECHON et Adrien ROCHER

A lire aussi : 

Régional 2 : Michel Gomes Monteiro première recrue des Portugais d’Amiens

Sébastien Léraillé (ESC Longueau) : « Thomas et Romain étaient des valeurs sûres »

Laisser un commentaire