Un élu se mobilise pour l’Amiens SC


Vice-président du conseil départemental et candidat aux élections municipales à Amiens, sur la liste Vivons AmiENSemble portée par Brigitte Fouré, Hubert de Jenlis (LREM) a écrit à la ministre des sports, Roxana Maracineanu, pour lui faire part de sa « profonde indignation suite à la décision de la LFP et de la FFF de procéder à la relégation administrative de l’ASC« . 

La suite après cette publicité

Une mobilisation générale

Depuis jeudi dernier, l’annonce de la relégation en Ligue 2 de l’Amiens SC ne laisse personne insensible. Après un premier Facebook Live en présence de nombreux joueurs, l’Amiens SC a remis le couvert ce mercredi avec la présence remarquée de Laurent Blanc, très discret dans les médias, ou bien encore les interventions de Pierre Ménès, Antoine Kombouaré et Jean-Michel Larqué. Soutiens de l’Amiens SC, ils ont tous martelé leur incompréhension à propos du refus des instances du football français d’accepter le passage de la Ligue 1 à 22 clubs la saison prochaine.

La suite après cette publicité

Dans le même temps, la pétition du club, réclamant « justice pour Amiens » et une Ligue 1 à 22 clubs, ne cesse de prendre de l’ampleur. Lancée lundi matin, celle-ci compte déjà plus de 11 000 signataires, parmi lesquels Tanguy Ndombélé, ancien joueur du club et international français depuis 2018. Signataire de celle-ci, Hubert de Jenlis, élu départemental, candidat sur la liste de l’union du centre et de la droite à Amiens et adhérant au parti présidentiel, a également décidé d’écrire à la ministre des sports pour lui faire part de sa « profonde indignation« .

La suite après cette publicité

Une lettre ouverte d’un élu de la majorité

« Tous les commentateurs s’accordent pour constater qu’Amiens est le club le plus lésé par la fin prématurée du championnat. A dix journées de la fin (soit un potentiel de trente points), il n’y avait que quatre points de retard sur le barragiste. Ce n’est pas à vous, madame la Ministre, que je vais rappeler qu’une course se gagne à la fin (en référence à son titre de championne du monde de natation) – d’autant qu’il s’agit d’une caractéristique des Amiénois, surnommés les Braqueurs », rappelle-t-il dans sa lettre ouverte adressée à Roxana Maracineanu.

La suite après cette publicité

Conscient de la situation exceptionnelle créée par la pandémie de Covid-19, Hubert de Jenlis estime néanmoins que celle-ci « n’impose en aucune manière que la justice et l’équité sportive ne soient pas respectées« . Pour toutes ces raisons, il affirme partager « avec l’ensemble des effectifs du club, de ses supporters et de tous les amoureux du football« , « cette révolte » à propos de la décision prise par les instances du football français. Reste à savoir si la ministre répondra à cette interpellation, elle qui a déjà affirmé le désir du gouvernement « d’appuyer les décisions prises par les Fédérations et les Ligues » suite à l’arrêt prématuré des compétitions sportives pour cette saison 2019/2020.

A lire aussi : 

Luigi Mulazzi (Amiens SC) : « Le passage à 22 clubs n’est pas réglementaire ? C’est une plaisanterie ! »

Philippe Piat (UNFP) : « La Fédération ne compte pas accepter un passage à 22 clubs en Ligue 1 »

Laisser un commentaire