Nouvelle doublure de Régis Gurtner, Yohann Thuram s’est longuement confié au 11 Amiénois à l’issue du match amical contre Boulogne-sur-Mer. L’occasion pour lui d’évoquer les raisons de sa venue à Amiens, son rôle de doublure et sa vision de la saison à venir. Entretien.

Publicité

Qu’est-ce qui a motivé votre choix de rejoindre l’Amiens SC ?

Tout simplement parce que je suis un mec de défi ! Le club m’a fait part d’un projet intéressant, dans lequel je pouvais m’inscrire tout en sachant la place qui serait la mienne. Je n’ai pas hésité une seule seconde.

Publicité

Quel est ce projet en question ?

C’est d’apporter mon expérience au groupe, qui est un peu plus jeune que la saison passée, d’essayer de véhiculer certaines valeurs et être le plus performant possible quand on fera appel à moi.

Publicité

Parce que vous venez pour être la doublure de Régis Gurtner…

Oui, ça a été très clair dès le départ. Je sais pour quoi je viens, dans quelle position le club compte sur moi. Cela me va très bien. Le football ce n’est pas une science exacte, je suis là pour essayer de donner le maximum, d’aider la team des gardiens de but et mettre Régis (Gurtner) dans des bonnes conditions pour qu’il soit le meilleur possible. Avec Régis, le premier contact a vraiment été très bon. Il n’y a que comme cela que cela peut marcher.

Au sein du staff, vous retrouvez Oswald Tanchot, votre ancien entraîneur au Havre, et Olivier Blondel, votre ancien coéquipier à Troyes…

On a la chance de se connaître, ça facilite un peu les choses, parce qu’on se connaît très bien, mais ça reste quand même une relation entre joueur et staff technique, il ne faut pas oublier cela. Ce qui est sûr, c’est que ça nous permet de travailler beaucoup plus vite.

Comment se passe votre intégration au sein du groupe depuis le début de semaine ?

Mon intégration se passe plutôt bien, j’ai été très bien accueilli par le staff technique et médical et toutes les personnes qui travaillent au sein du club. Au-delà de ma propre personne, ce stage est vraiment une étape importante pour le club après tout ce qui s’est passé ces derniers mois.

Justement, quel regard portez-vous sur la relégation subie par l’Amiens SC, vous qui avez subi le même sort avec Le Mans en Ligue 2 ? 

C’est clair que cela fait mal mais il faut tourner la page et regarder vers l’avant. On a un championnat compliqué qui nous attend, il faut rester focus sur l’objectif d’être le plus performant possible tout au long de la saison. Pour cela, il faut construire l’équipe la plus compétitive possible. En tout cas, on sort d’une semaine de stage qui a été très bonne, très enrichissante, on a vraiment bien travaillé.

Parce qu’il va falloir être prêt très vite pour exister en Ligue 2…

Je pense que le plus important c’est d’essayer de performer dans la durée et il n’y a que comme cela que l’on va pouvoir exister de toute façon. Il ne faut pas se reposer sur le statut d’équipe de Ligue 1 qui vient de descendre, parce que je pense que ça serait une grosse erreur. Je pense qu’il faut rester humble et essayer de gagner le maximum de matches.

Aujourd’hui, la défense est plus que jamais en chantier. Ce qui n’est pas évident pour trouver des automatismes quand on vient tout juste d’arriver…

C’est clair que cela n’est pas évident mais on est tous confrontés à la même situation. Que ce soit moi, gardien de but, ou les défenseurs, cela fait partie du football. C’est bien aussi car cela nous permet d’échanger et de beaucoup travailler dans ce secteur, parce que l’on sait que c’est un secteur très important. On va prendre le temps, il reste encore un mois avant le premier match de compétition, il ne faut surtout pas s’affoler mais bien bosser tout simplement.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

Yohann Thuram (Amiens SC) : « Le plus important était de prendre des repères »

Alexis Blin (Amiens SC) : « Le score est un peu anecdotique »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

Laisser un commentaire